Oeuvres pirates sur Scribd : Les préconisations du GLN

Julien Helmlinger - 14.10.2014

Lecture numérique - Acteurs numériques - Piratage - Scribd - GLN


Le service de lecture numérique en streaming Scribd, disponible en France depuis près de deux ans, aurait le vent en poupe cette année. Or, si la plateforme propose à ses usagers d'uploader leurs documents en ligne pour les mettre à la disponibilité de tous, certains d'entre eux y chargent des oeuvres piratées. Le Groupement pour le développement de la Lecture Numérique (GLN) y va de ses préconisations à destination des ayants droit.

 

 

 

 

Pendant plusieurs mois, le GLN aura contrôlé les applications Scribd, y constatant un nombre croissant d'oeuvres piratées, uploadées sans accord préalable de leurs éditeurs ou de leurs auteurs. Préoccupé par le respect du droit d'auteur, le Groupement propose désormais d'accompagner les ayants droit afin d'engager des actions pour faire supprimer les contenus illicites et faire supprimer l'application de l'Appstore, de Google Play et du site Web dédié.

 

Pour ce faire, le GLN suggère un plan d'action en trois étapes. Il s'agira tout d'abord de contacter Scribd, afin de demander le retrait des contenus concernés ainsi que la vigilance nécessaire à éviter que ceux-ci soient uploadés à nouveau par la suite. Ce qui passe par l'envoi d'un courrier au Head Quarter de Scribd (+ copie à adresser au service légal de Apple) – courrier à télécharger ici – en mentionnant le ou les titres en cause (avec copie d'écran) + liste de tous les titres à protéger.

 

Si cette première mesure ne suffit pas à assainir la situation,  la seconde étape consiste à adresser un mail à Apple avec copie du courrier à copyrightagent@apple.com ainsi qu'à appstorenotices@apple.com (+copie à sutter.m@apple.com), demandant le retrait du contenu piraté. Et envoyer encore un email à votre éventuel contact Google Play. Il est possible de doubler ce courrier d'un message en ligne.

 

Pour plus d'efficacité, il est conseillé d'y inclure un maximum de précisions (nom de l'application, copies d'écran de toutes les boutiques, dates) destinées à pouvoir identifier les ebooks sans erreur, ainsi que tout élément permettant de prouver les droits. Apple pourra alors décider de retirer l'application et de reverser à l'ayant droit les sommes perçues par Scribd au titre de l'abonnement.

 

Enfin, si le problème n'est toujours pas réglé avec cette série de courriers, une action légale contre Scribd et l'appel aux juristes s'imposera. Le GLN va envoyer un courrier générique à la plateforme incriminée, afin de faire part aux dirigeants de l'inquiétude de l'association face à son constat. Le Groupement invite les ayants droit concernés à le contacter pour partager les mauvaises expériences en la matière, et l'impact des actions entreprises, via glecturenumerique[at]gmail.com.

 

Scribd et le piratage, une grande histoire d'amour

 

Le site Scribd a déjà été remarqué pour la présence d'œuvres piratées dans ses pages. Récemment, c'est celui de Valérie Trierweiler que ActuaLitté avait découvert, alors que Merci pour ce moment faisait l'objet d'une campagne de piratage intensive – à mettre en relation avec le succès du livre papier. On avait d'ailleurs parlé d'un piratage idéologique, motivé par l'animosité à l'égard de François Hollande, notamment. Mais Scribd n'était alors qu'un outil de plus dans l'éventail de solutions pour trouver gratuitement l'ouvrage en question. Le titre, après une demande de la maison d'édition, Les Arènes, avait d'ailleurs été rapidement retiré.

 

Depuis ses premiers temps, Scribd tente de trouver des solutions pour éviter le piratage des œuvres : en janvier 2010, le site avait introduit une solution de reconnaissance optique de caractères et de données, qui devait détecter la mise en ligne de fichiers contrefaits. Encore faut-il disposer d'une base de données à laquelle confronter les œuvres uploadées, pour démasquer les cas de piratage. Un instrument automatisé et capable d'apprendre pour arriver à une détection optimisée, voilà bien qui doit en effet rassurer...

 

En janvier 2011, le cofondateur de la société, Andrew Weinstein, reconnaissait que la lutte contre le piratage serait de longue haleine : « Nous ne sommes pas encore vainqueurs sur ces questions, ce sont des efforts à réaliser sur le long terme », avouait-il, principalement parce que les éditeurs ne fournissent pas toute l'aide nécessaire pour y remédier. Et comme Scribd n'a pas de relations commerciales avec l'ensemble des éditeurs du monde, il ne lui est pas possible de confronter un nouvel upload avec une base de données qui serait exhaustive. 

 

Pourtant, la société assure constamment faire des progrès, comme en mai, où elle promettait, peu après l'accord signé avec Smashwords, que « des progrès impressionnants ont été faits, au cours des derniers mois, pour l'éradication de contenus non autorisés ».  

Désormais, un outil de protection contre l'upload pirate de livres numériques est en place, sur la base de la technologie Book ID. Ce dernier scanner l'ensemble des ouvrages du catalogue Smashwords, de manière particulièrement méticuleuse : texte, occurrences, données sémantiques, etc. Cette auscultation permet de réaliser une fiche d'identité de l'ebook, qui est systématiquement confrontée aux nouveaux arrivages de livres — et permet donc de bloquer un upload illégal. (voir notre actualitté)

Reste que nous avions pu démasquer très facilement une grande quantité d'œuvres contrefaites, par des recherches assez simples : romans et BD se retrouvent facilement dans les colonnes de Scribd. Gallimard, Flammarion, Seuil : personne n'est épargné.

 

Un dossier de plus pour la Médiatrice du livre

 

Reste qu'il s'agit aussi de faire respecter les règles de la concurrence, et surtout, de protéger les intérêts des acteurs français. En effet, on retrouve dans le conseil d'administration le cofondateur de la société Youboox, qui propose justement une application de streaming avec offre d'abonnement illimité. Bien entendu, la concurrence exercée par Scribd devient dangereuse pour ce dernier et elle avait déjà fait entendre sa voix, par l'intermédiaire du député socialiste Hervé Féron. Dans une question parlementaire, ce dernier évoquait l'arrivée de Kindle Unlimited, et soulignait que « l'arrivée d'un géant tel qu'Amazon sur le secteur menace directement cette start-up française ».

 

Si l'on comprenait mal l'intervention parlementaire, alors que l'offre d'Amazon est proposée comme une solution légale, il est évident que Scribd pose un problème, mais pas simplement à Youboox, puisque son offre est constituée en grande partie d'œuvres contrefaites pour le domaine français. 

 

Le dossier Scribd ne devrait donc pas manquer d'arriver prochainement dans les mains de la médiatrice du livre, Laurence Engel, en charge des conciliations et arrangements nécessaires pour éviter les recours juridiques. Il serait d'ailleurs plus avisé de pointer la concurrence déloyale, parce que reposant sur la contrefaçon d'œuvres, pour plaider cette histoire devant la Médiatrice – attendu qu'il revient aux éditeurs de faire respecter la propriété intellectuelle et le droit d'auteur sur les œuvres dont ils ont la responsabilité. 

 

  courrier scribd.pdf by ActuaLitté