Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

medias

Opération 100k Bragelonne : 'Une victoire de la librairie indépendante'

Clément Solym - 03.04.2012

Lecture numérique - Acteurs numériques - Bragelonne - opération 100k - Alexandre Levasseur


Information ActuaLitté : « C'était complètement démesuré, mais nous assumons, c'était le but. » Alexandre Levasseur, responsable R&D chez Bragelonne ne cache pas sa joie. « L'opération 100k a été un succès. Un grand succès. » Mais que l'on ne s'y trompe pas : si une pointe de folie agite la maison, on ne reverra pas tout de suite une telle campagne.

 

Petit retour dans le temps : ce 1er avril, Bragelonne lançait son opération 100k. Soit 100 titres vendus en version numérique, à 99 cents, pour célébrer les 100.000 ventes d'ebooks réalisés au cours de l'année passée. « Nous l'avions montée autant pour faire connaître le catalogue de Bragelonne, que pour remercier les lecteurs grâce auxquels nous y sommes parvenus. Le résultat a été à la hauteur... » (voir notre actualitté

 

Alexandre Levasseur n'en revient toujours pas...

 

 

Et pour cause. « À partir de minuit, Immatériel et les revendeurs affiliés avaient opéré la bascule du prix pour les 100 titres sélectionnés. Pour Amazon, Apple, et Kobo, c'est venu un peu plus tard, une heure ou deux après. Chaque seconde on a pu voir les ventes augmenter. » Il suffisait de rafraîchir l'affichage des ventes en temps réel, depuis Immatériel pour le constater. En fin de journée, c'est implacable : plus de 15.300 ebooks vendus durant toute la journée du dimanche. 

 

Avec un couac, certes, connu chez Fnac, qui n'a pas pu traiter les données nécessaires, pour des questions logistiques. C'est bien un traitement des métadonnées qui a posé problème, mais parce que le revendeur gérait ce même jour la transition vers une nouvelle TVA. On ne peut pas être partout, manifestement. 

 

« Dans la liste, on avait mis des titres qui ont plus de cinq ans, et qui ont tout de même super bien marché. Et l'on a pu confirmer ce qui n'était qu'un sentiment : les ebookstores ont une âme. » L'éditeur avait en effet déjà lancé une opération spéciale, en offrant un livre numérique gratuit, différent selon l'ebookstore. Résultat : un frémissement de soupçon, désormais conforté par l'opération 100k. 

 

« Nous savons maintenant mieux avec qui lancer des opérations spéciales. Par exemple, la science-fiction, ça ne marche pas chez Amazon. En revanche, la bit-lit, c'est de la folie. Ou les thrillers. Ceux que l'on avait dans la liste des 100 ont connu un joli succès. Chez Epagine, ou Apple, c'est la fantasy qui a pris, et ainsi de suite. Ça confirme largement ce qui n'était alors qu'une intuition : les stores ne fonctionnent pas avec la même clientèle. »

 

La vraie victoire ? Celle de la librairie indépendante

 

Pourtant, si l'opération, commercialement est une réussite - même s'il n'a pas fallu compter ni ses heures ni son investissement, et que sa rentabilité reste donc légère - la véritable réussite est ailleurs. 

 

« 53 % des ventes ont été réalisées avec Immatériel, Bookeen, Feedbooks, et les libraires indépendants. Ce sont eux la plus grande victoire. Cela signifie que bien coordonnés, ils offrent une véritable réponse aux Américains, et qu'ils disposent d'un public fort. En fait, en majorité, les aficionados ont préféré l'achat chez les indépendants plutôt que sur les boutiques d'Apple ou d'Amazon. Cette idée de rendez-vous n'était pas simple à mettre en place. Chacun s'y est employé, en mettant en avant l'opération et sa sélection de titres particuliers. Mais, oui : la vraie victoire, elle vient des indépendants. »

 

Dès 17 h, on pourra suivre sur le compte Twitter les données et les meilleures ventes en fonction des marchands. De quoi alimenter un peu plus les bases et trouver de nouvelles opérations pour le futur. 

 

« Alors évidemment, il manquait des grandes pointures, mais dans tous ces titres, il y avait de quoi faire. Et surtout, il faut comprendre que l'on ne peut pas se mettre les agents des auteurs à dos. Nous signons des contrats qui nous empêchent de faire certaines opérations, alors oui, il manquait des auteurs au goût de certains. On a tout de même proposé L'Antre des voleurs, de David Chandler, qui était sorti voilà quelques semaines. C'était fou. »