Orange : Pas question de se substituer aux éditeurs avec Read&Go

Clément Solym - 11.11.2010

Lecture numérique - Acteurs numériques - reand&go - orange - application


La pluie ne tambourine pas sur les vitres, les vents ne déracinent pas les arbres : sauvés, la fin du monde est pour plus tard. C'est heureux, Orange a réuni plusieurs blogueurs pour leur présenter la solution de lecture Read&Go.

Cette application, pour le moment destinée à la Galaxy Tab de Samsung (donc pour un OS Android) gère tout à la fois une offre de presse, de livres et de BD numériques. Le catalogue est de 300 titres pour chacun, pas de jaloux. Pour la BD, c'est Aquafadas qui gère l'offre, pour tout le reste, les négociations ont été directement établies avec les éditeurs. Pas de grands noms de la presse nationale, mais un certain Actes Sud, manifestement, parmi les éditeurs. Sic !


Qu'on ne s'y trompe pas : Read & Go, c'est la suite du programme amorcé en 2008, mais avec désormais des appareils bien plus perfectionnés. Donc, en mieux, logiquement.

Read & Go, l'application complète

En fait, le service permet donc d'acheter les divers contenus proposés, avec un prélèvement directement effectué sur le compte mobile de la personne détentrice de la tablette. Des oeuvres libres de droit, récupérées via le Projet Gutenberg sont également disponibles pour se faire un peu la main.

Avec une bibliothèque, une librairie et un gestionnaire de compte, l'application se veut complète. « Avec elle, le contenu s'adapte au device sur lequel il est lu », souligne Guillaume Monteux, fondateur de Milibris. D'ailleurs, plusieurs devices pourront gérer cette application. Et pour ce qui est du multimédia ? « Pour la presse, nous sommes partenaires des éditeurs, nous les accompagnons et négocions avec eux, mais tout cela reste conditionné par leur volonté et leurs capacités de création. »


Ergonomie simple et achat facilité pour les livres, pas vraiment de problèmes de ce côté-là. De même, l'appareil se connecte en WiFi ou en 3G, et gère ses téléchargements selon la connexion. « Notre intention était de faire que la lecture soit ergonomique, rapide et chic », explique Orange.

Gestion des fichiers et des partenaires

Le modèle économique avec les éditeurs est discuté au cas par cas, ajoute l'opérateur, qui précise que pour l'heure, les abonnements presse ne sont pas encre mis en place. Mais de même que pour les livres numériques, les discussions sont en cours. Les éditeurs derniers ne semblent pas vraiment pressés d'y passer, mais l'offre existant déjà chez Relay, nul doute que bon, ça ne tardera pas. Reste que techniquement, tout cela est déjà possible.

Pour prestataire, Orange a choisi la société Milibris qui gère les fichiers, suivant le détail donné ci-dessous. Mais que l'on ne s'y trompe pas : Milibris n'appartient pas à Orange. La société serait en mesure de proposer ces offres à d'autres acteurs, évidemment.


Concrètement, l'éditeur fait parvenir un fichier en PDF, ePub ou HTML 5 à la plateforme d'intégration Milibris, qui va gérer une formule DRMisante, basée sur la reconnaissance de l'appareil. Nous préciserons ce point ultérieurement. Si l'acheteur est sur une autre plateforme que celle d'Orange (un lecteur Sony, par exemple), un export avec le DRM Adobe est proposé.

Par la suite, Milibris envoie le fichier à Orange, qui pour le moment propose sur la tablette Galaxy Tab, via l'application, les contenus. Cela dit, la roadmap est un peu plus fournie que cela.

Perspectives

« L'application iPad est en cours de validation, celle pour iPad arrivera par la suite. » Une nouveauté, puisque l'on pourrait donc payer sans passer par son compte AppStore et directement depuis l'identification de l'abonnement de l'utilisateur... Pas mal.


« De toute manière, nous garderons une interface simple, dans une réelle volonté de respecter le travail de l'éditeur : pour un livre, disposer d'un fond vert avec une police orange [NdR : Corporate, hmm ?] n'est pas forcément pertinent. »

Pour ce qui est de la fonctionnalité text to speech, permettant de lire les ebooks directement, « nous verrons dans la V2 », plaisante-t-on. Plein de choses seront également rajoutées dans la V2, d'ailleurs, qui promet d'être largement équipée.

Les éditeurs au centre de l'offre, avec les consommateurs

Une plateforme de vente, pour les livres numériques, certes... mais qu'en sera-t-il des auteurs indépendants ? « Nous ne traitons qu'avec les éditeurs. Notre service sera bien sûr ouvert aux auteurs indépendants [NdR : auto-édités] pour leur proposer les services de notre plateforme, à l'avenir. En revanche, nous ne voulons absolument pas contourner ni nous substituer aux éditeurs : pas question de vendre les oeuvres d'un auteur qui a déjà signé avec une maison d'édition. »


Un voeu pieux, qui rassurera tout le monde, en assurant que la position tant redoutée d'Amazon n'est pas à l'ordre du jour chez Orange. Une autre position tout aussi intéressante est la volonté de l'opérateur de pousser à la baisse de la TVA sur le livre numérique, pour une adéquation avec le livre papier, à 5,5 %... salutaire initiative !

Et merci à l'équipe, que l'on a fait veiller tardivement...



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.