Oyster, service de lecture illimitée, propose désormais l'achat à l'acte

Antoine Oury - 08.04.2015

Lecture numérique - Acteurs numériques - Oyster - livres numériques - achat à l'acte


Fin 2012, la société Oyster ne pesait pas énormément dans la balance : quand elle assurait qu'un Netflix du livre numérique aurait toute sa place sur le Web, et son public, il était permis de sourire. À présent, l'huître a trouvé sa perle et vient concurrencer Amazon ou Scribd sur le terrain de la lecture illimitée. Preuve de sa bonne foi auprès des éditeurs, le service propose désormais les achats à l'acte, en plus de la lecture illimitée.

 

 

Pearl & Oyster Fountain

Pas si fermée, la bête (photo d'illustration, Christian Senger, CC BY-SA 2.0)

 

 

Difficile, à première vue, de saisir le pourquoi de cette décision : Oyster reste donc un service de lecture illimitée, mais se double d'une boutique de livres numériques centrée sur l'achat à l'acte. Quel lecteur opterait en effet pour un achat à l'unité (avec des usages restreints) quand le même titre est disponible au sein d'une offre illimitée ?

 

Justement, la vente à l'acte sur Oyster viendra pallier les absences du catalogue de l'offre illimitée. Ainsi, un lecteur frustré par l'indisponibilité d'un titre pourra se rabattre sur une offre commerciale plus traditionnelle. Tout est affaire de négociations avec les éditeurs, pour un acteur comme Oyster : avec cette nouvelle fonctionnalité, il prouve à ses partenaires qu'il est de bonne volonté.

 

Oyster met en avant une disponibilité des titres des Big Five, les plus grandes maisons d'édition outre-Atlantique : Hachette Book Group, HarperCollins, Macmillan, Penguin Random House et Simon & Schuster. Mais oublie de rappeler que Hachette Book Group et Penguin Random House ne tiennent toujours pas à figurer dans l'offre illimitée proposée par le service.

 

Si la nouvelle fonctionnalité a de quoi intéresser les éditeurs, elle pourrait porter préjudice à Oyster si le service ne parvient plus à faire entrer des best-sellers dans son catalogue d'offre illimitée. Problème, ces best-sellers sont généralement ceux pour lesquels les éditeurs se battent le plus farouchement. Le service n'a pas dévoilé son nombre d'abonnés, mais assure que sa base d'utilisateurs enregistre une croissance de 20 % par mois. Ce qui n'aide pas vraiment à se faire une idée.