Papier, ebook et vente en ligne: tous gagnants, c'est possible

Clément Solym - 24.06.2010

Lecture numérique - Acteurs numériques - ebook - papier - numérique


Dans une tribune pour CNN Money, le P-DG des librairies Borders exprime sa confiance dans la pérennité économique de deux industries d'ordinaire rivales : papier et numérique. Petite précision : Michael Edwards, loin de multiplier les supports, s'en tient à la vente de livres en papier bien réels.

Seuls des audiobooks remplissent les étagères du rayon littérature numérique. Et quelques mini lampes flexibles pour les soirées lectures. Alors que passionnés du numérique et souverainistes du caractère imprimé s'opposent, l'homme d'affaires casse les nombreuses idées reçues.

Il est notable que l'arrivée des technologies de l'instantané a forcé le commerce traditionnel à s'adapter à la vente en ligne. Tout comme le secteur encore minoritaire de l'ebook ( entre 3 et 5 % de part de marché) impacte le monde de l'édition. D'autant que cette percée ne semble pas se tarir avec une hausse de 30 % entre 2008 et 2009 pour le marché américain (chiffre IDPF).

Une complémentarité de lecture

Si l'ebook dispose de nombreux attraits entre la grande capacité de stockage de livres sur un même support peu encombrant, et la récupération de documents immédiate à moindres frais, faire s'opposer les deux moyens de lecture est un non-sens.

Une erreur qui partirait du principe que les jeunes lecteurs boudent le papier pour se consacrer à l'écran, ce qu'il dément, et le charme du petit pavé s'apparenterait au charme désuet d'une vieille Remington à ruban encreur.

C'est oublier que si le livre grand format est la première victime de cette multiplication de supports de par son prix élevé, le livre de poche reste largement plébiscité.

Plus qu'une bataille de génération, e-lecteurs et fans de cellulose ont des utilisations différentes. Voire très souvent complémentaires. Alors que les possesseurs d'ebooks sont réputés pour leur lecture quasi compulsive, une lecture entrecoupée de la friction de deux feuilles devient toujours plus un plaisir face à la virtualisation de nos communications et de nos activités. De sorte que la petite lecture du soir gagne à se passer d'écran rétro éclairé.

À en croire Michael Edwards, les deux types d'acheteurs se confondent. Il se pourrait alors que la bataille n'ait pas lieu.


Lire l'intégralité de la tribune.