medias

Parole de pirate : télécharger un ebook, c'est si simple...

Clément Solym - 05.03.2013

Lecture numérique - Usages - contrefaçon - livre numérique - piratage


Les moins de 20 ans ne peuvent pas se souvenir d'une époque avant le téléchargement illégal de fichiers. Mais il est bien un temps où même les premiers aficionados de eMule et autres eDonkey ne pensaient pas télécharger des livres numériques. Oh, on trouvait sûrement quelques scans de BD, à l'époque, mais avec la démocratisation des appareils de lecture, le piratage d'ebooks se démocratise...

 

 


 

 

Business Insider a sollicité, sous couvert d'anonymat, l'un des pratiquants de la contrefaçon appliquée aux ebooks, et pour lui, le piratage, c'est « beaucoup plus facile que les éditeurs ne le souhaiteraient ». Que ce soit au travers des sites de Torrent ou d'autres, ils permettent de trouver des solutions simples. « parce que les fichiers ebook sont particulièrement petits, comme certains qui pèsent moins d'un mégaoctet, il est facile de les trouver en téléchargement direct sur certains sites web. »

 

La réelle difficulté, c'est de réaliser un fichier ebook, explique-t-il : si le livre numérique est déjà disponible sur les ebookstores, il faut commencer, par exemple, par casser le DRM. Dans le cas contraire, il faut numériser, page à page, et pour cela, pas de méthode miracle.

 

Ses premiers pas, l'anonyme pirate raconte qu'il les a faits en souhaitant acheter un vieux livre de John Grisham, pour le lire sur son Kindle. Mais au lieu de télécharger le livre depuis une plateforme légale - en l'état, Amazon - il a simplement effectué une recherche depuis un moteur. « Il n'en fallait pas plus. Les résultats m'ont emmené directement sur un site où je pouvais le télécharger gratuitement. » 

 

Une approche qui découle d'une certaine vision du web : l'idée que la toile soit un endroit où l'information devrait être gratuite est un projet séduisant, explique-t-il. « L'internet comme bibliothèque est vraiment séduisant . En dehors de ce point, c'est une économie d'argent. C'est vraiment réducteur, mais c'est honnête. »

 

D'ailleurs, c'est en toute conscience que notre pirate explique qu'il existe une certaine hypocrisie dans son comportement : bien sûr, les artistes devraient être rémunérés, mais quand il suffit de deux clics pour pirater, alors qu'il en faut bien plus pour acheter légalement... Et il faut se rendre compte que le concept de propriété intellectuelle « a été élaboré à une époque où les gens n'avaient aucune idée qu'internet pouvait arriver. » 

 

Faut-il alors envisager une révision complète du copyright ? Mettre en place de nouvelles solutions pour le droit d'auteur ? Si notre pirate ne voit pas les livres papier disparaître, il pense tout de même que les librairies vont au-devant de sérieuses difficultés à l'avenir. « Les ebooks deviendront une norme. En particulier les manuels scolaires. » (via SF Gate)

 

Une logique qui s'était déjà installée quand l'iPod avait envahi les poches des consommateurs : avec un appareil en mesure de contenir des milliers de chansons, la question de l'achat de CD se posait très sérieusement.

 

Et dans le livre, on n'a toujours pas la réponse...