Piratage d'ebooks : une parade pour échapper à la justice, l'email

Nicolas Gary - 13.04.2019

Lecture numérique - Législation - piratage ebooks Russie - livre numérique contrefaçon - emails vente ebooks


Les pirates de livres numériques en Russie ont-ils trouvé une échappatoire ? Manifestement, la léglisation permettant d’attaquer toute violation du droit d’auteur offrirait une faille. De quoi permettre de vendre des œuvres aux internautes, sans risquer de sanctions pénales. Ni même de poursuites !

IMG_8694
La Pulgarcita Cuervo, CC BY SA 2.0
 

Le mois dernier, le ministère russe de la Culture présentait de nouveaux amendements concernant le droit d’auteur. Ils concernaient les mesures de blocage de sites pirates, sans avoir à recourir à une procédure légale — dès lors que les plateformes incriminées ne donnaient pas suite aux demandes de retrait. 
 

Maintenir la pression sur les plateformes de téléchargement


De plus, obligation était faite pour les propriétaires des sites de fournir des données personnelles, bien que les modalités n’aient pas encore été clairement établies. La fin de l’anonymat représente tout de même un gros effort pour tenter de freiner la prolifération des outils de piratage. 

Depuis 2018, le ministère travaille à ces amendements : bloquer les sites le plus efficacement possible, et surtout le plus rapidement devient un enjeu majeur dans la protection des œuvres. En outre, le moteur de recherche Yandex s’engage également avec des algorithmes à même de traquer le contenu pirate, via un système d’apprentissage automatisé. Et ce, pour mieux faire le tri dans ses résultats de recherche.

On connaît cependant bien les limites de ce type de modélisation : Internet Archive a dernièrement été victime de ces robots un brin trop prudents, se retrouvant soupçonnée d’apologie du terrorisme.

Les plaintes pour violation du droit d’auteur n’en sont pas moins récurrentes dans le pays, pour acculer les fournisseurs d’œuvres pirates. Ces derniers doivent user de mille ruses et contre-mesures, pour arriver à maintenir leur activité — les fournisseurs d’accès à internet interdisant aux utilisateurs d’y accéder.
 

“À la flamme bien moyenageuse...”, version 2.0


Toutefois, une alternative semble poindre : en effet, plutôt que de construire massivement des plateformes à déplacer lorsqu'elles sont prise en flagrant délit, une solution bien artisanale se profile. Laquelle exploiterait bien une défaillance de l’actuelle législation. 

En se rendant sur la plateforme Avito, système d’annonces en ligne qui serait le site le plus populaire auprès des Russes, on découvre en effet des publicités à foison pour des livres numériques… piratés. 

On trouve ainsi des offres allant de quelques centimes à quelques euros, bien entendu beaucoup moins chères que les prix légaux. Or, cette activité marchande laisserait aux pirates une marge pour rester sous les radars. En effet, dans le cas de revente de produits contrefaits, le seuil de responsabilité est situé à 100.000 roubles (près de 1375 €). 
 
Les lots d’ebooks vendus n’atteignent jamais, ou presque, ce niveau. Or, cette démarche se double d’une autre astuce : les publicités ne ramènent pas l’internaute vers un site de téléchargement, qui serait rapidement repéré — bien que tout soit relatif. En effet, une première mise en relation s’effectue par email, et avant que la transaction illicite ne s’opère, les échanges ont lieu de façon privée.

D’une part les robots antipiratage ne peuvent pas sévir dans ce cas de figure — sauf à surveiller l’intérieur de sa boîte email — d’autre part, il semble bien que les actions en justice soient impuissantes, face à une pareille procédure. 

Selon les informations de la presse russe, évoquées par Torrent Freak, un véritable commerce de livres numériques se développerait, au nez et à la barbe de tous. Pour l’instant en tout cas…


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.