Plaisir solitaire d'une lecture érotique, à l'abri de son ebook

Clément Solym - 01.02.2012

Lecture numérique - Usages - littérature érotique - cacher - lecteur ebook


Il n'y a pas que la BNF qui redécouvre le frisson de la littérature érotique: le succès des liseuses électroniques profite au secteur et lui donne un violent coup de fouet... Sur Kobo ou sur Kindle, le public serait moins réticent à la lecture des récits érotiques, et la possibilité de lire ces écrits enlevés en public, sans être démasqué, pimenterait considérablement l'expérience.

 

C'est le diagnostic de Tina Haveman, directrice de la maison canadienne d'édition numérique Extasy Books, qui a vu ses ventes décoller en 2010, doubler en 2011 et qui attend beaucoup de l'année 2012. Son catalogue, fort de quelque 1000 références aux titres aussi explicites que Absolute Jasmine, Woman of the Mountain ou Preacher in his Garden, attire en majorité les femmes, premières lectrices du genre depuis toujours, souligne-t-elle.

 

Vendus entre 1,59 $ et 5,99 $, les e-books vont de la romance gay au fantastique débridé, en passant par la chick-lit, les cougars ou les pirates et sont proposés sous les formats courants : les lecteurs de nouvelle génération devraient forcément trouver la réponse à leurs fantasmes. 

 

 

Le site propose même un classement à partir de « flammes » qui permettent de mesurer le degré d'érotisme du récit, du grand public (une flamme) aux « pratiques exotiques, extrême BDSM, langage grossier et/ou violence » (six flammes), rapporte CBC.

 

Inutile de préciser que le genre affole aussi les classements des meilleures ventes d'Amazon ou de Barnes & Noble, dans lesquels se glissent toujours un ou deux titres de cette bibliothèque vraiment rose. Pour Nathan Maharaj, directeur des ventes de Kobo au Canada, la dématérialisation du livre « réduit les tabous qui empêchaient l'éditeur aussi bien que le lecteur d'accéder à ce domaine », notamment en faisant disparaître la couverture des dits ouvrages, parfois un peu trop explicite. Ce qui n'empêche pas Extasy Books d'afficher fièrement son slogan « Explicitly Exiting » (ouvertement excitant).


La chose n'est cependant pas nouvelle du tout : le lecteur ebook comme abri derrière lequel se réfugie le lecteur est un artifice connu depuis des années. D'autant que la littérature érotique n'est pas seule à en profiter. Sarah Wendell, co-auteure du livre Beyond Heaving Bosoms: The Smart Bitches' Guide to Romance Novels expliquait en septembre 2009 que « La plupart des éditeurs érotiques qui ont le plus de succès sont les éditeurs numériques, car les femmes reçoivent des commentaires quand elles sont vues dans une librairie avec des romans d'amour. Les commentaires quand vous allez acheter un roman érotique sont encore pires. Donc si vous pouvez avoir la sécurité de le faire anonymement en ligne, vous le faites ». (voir notre actualitté)

 

Et John Updike lui-même l'avait anticipé, en décidant de créer une collection de livres à lire sur son téléphone portable, avec la publication de romans érotiques... pour femmes. 

 

Cependant, ils étaient encore nombreux, en 2009, à croire que l'on ne lit pas de « grande littérature » sur un lecteur ebook.

 

 





Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.