Plus d'une centaine de sites pirates bloqués en Italie

Clément Solym - 26.01.2015

Lecture numérique - Législation - piratage Italie - contenus culturels - streaming offre légale


Plus d'une centaine de sites italiens de piratage viennent de subir de plein fouet la répression des ayants droit, suite à une plainte déposée par Sky TV, filiale de Century Fox 21. De quoi entraîner des blocages par les fournisseurs d'accès à internet locaux, conformément aux indications du Parquet de Rome. Au cours des dernières années, une dizaine de noms de domaine a déjà été censurée, et une nouvelle opération poursuit le mouvement.

 

 Neptune flank and cannons

Yellow.Cat, CC BY 2.0

 

 

Sky Italia propose originellement des séries télévisées venues de Sky Plc, dont la 21th Century Fox détient 39 % des parts, le tout avec un chiffre d'affaires rondouillet de 10,15 milliards €. Les autorités annoncent que le contenu piraté était offert de différentes manières, mais principalement par le biais du streaming. 

 

Dans le cadre de l'Operation Match Off, décidée par les autorités italiennes, la Guardia di Finanza, organisme chargé de lutter contre la criminalité financière, a redoublé d'efforts pour rendre les sites indisponibles. 120 sites internet sont visés par la plainte de Sky Italia, et tous diffusent bien entendu musique, cinéma, séries télé et... livres. 

 

L'Agcom, Autorité pour la sécurité des communications, connaît bien le problème : selon ses propres données, 42 % du piratage serait lié à la photographie, contre 38 % pour la musique et les films. Le reste, jeu vidéo, livres et journaux et logiciels, représenterait moins de 10 %. 

 

L'offre légale serait bien entendu la clef, estiment les autorités, mais le modèle de streaming pour le marché du divertissement est encore en train de se structurer. Les plateformes comme Netflix ou Deezer, devenues très populaires, sont particulièrement prisées. Enzo Mazza, président de la Fimi, organisation représentante de la musique, annonce : « Pour la première fois, le marché de la musique se dirige vers cette branche. » (via L'Espresso)

 

La diffusion de 700.000 livres numériques au travers d'Amazon Kindle Unlimited représente un début de solution, sauf que 15.000 titres italiens seulement sont présents au catalogue. Et sans best-sellers ni grands éditeurs nationaux, le public italien ne répond pas vraiment présent. 

 

Le service Bookstreams.it, qui fournit une bibliothèque de 2200 livres, issu de l'éditeur Laterza, démontre que le projet n'est pas inconcevable. Les magazines seraient certainement la prochaine étape. « On continue d'affirmer que la notion de plaisir est liée à celle de possession. Les contenus numériques ont un coût de distribution unitaire quasi nul, alors que la connexion internet permet d'accéder à une quantité presque infinie de produits », assure Andrea Rangone, professeur à l'université de Milan. 

 

Dans tous les cas, la police fiscale de Rome a réalisé une opération de grande ampleur, pour tenter, y compris par le prisme économique, de faire cesser les diffusions pirates. « C'est la plus grande action légale impliquant le blocage de sites jamais réalisé », assure Enzo Mazza. Il reste alors bien des choses à faire. (via Torrent Freak)