Pottermore : 2 mois d'existence, 1 milliard de pages vues

Clément Solym - 25.05.2012

Lecture numérique - Acteurs numériques - Pottermore - Harry Potter - e-commerce


Le 27 mars, l'édition découvrait le moyen qu'avait mis sur pied J.K. Rowling pour contourner le circuit traditionnel de la distribution : Pottermore proposait la totalité de la saga Harry Potter au format numérique, parvenant même - prouesse notable - à ce qu'Amazon redirige le lecteur vers son site pour le paiement final. (voir notre actualitté) Premier bilan des ventes.

 

Les trois premiers jours d'existence de la boutique Pottermore ont conduit à l'achat de 164.000 exemplaires, tous tomes confondus : 55.000 par jour, une bonne moyenne que Charlie Redmayne, PDG de la plateforme, juge « toujours considérable » bien qu'il admette un tassement des ventes depuis.

 

 

 

Interrogé au lors de la conférence paidContent 2012, Redmayne a révélé un chiffre, un seul, mais quel chiffre : un milliard de pages vues, sans qu'il ne fasse la différence entre la boutique numérique et l'univers enrichi que propose Pottermore aux aficionados d'Harry Potter. Le visiteur lambada resterait en moyenne 25 minutes sur le site, ce qui laisse penser que l'utilisateur est moins intéressé par le monde virtuel que par la boutique.

 

Assurée par Intershop et sa plateforme Enfinity E-Commerce, la boutique Pottermore propose les ebooks dans six langues, et a réussi à imposer le watermark, un « tatouage numérique » moins restrictif que les DRM traditionnels, comme un moyen efficace de se prémunir contre le piratage. « Bien qu'il y ait eu une augmentation du piratage immédiatement après le lancement, la communauté a rejeté ces versions piratées grâce à la façon dont les ebooks ont été mis sur le marché » s'est félicité Charlie Redmayne. (voir notre actualitté)

 

Potter, grand seigneur...

 

Pour les fans de Rowling, précisons que le prochain livre, Casual Vacancy, sera publié aux éditions Grasset, le 27 septembre.