Pour tout abonnement ebook souscrit, la liseuse coûte 1 €

Clément Solym - 31.10.2017

Lecture numérique - Lecteur eBook - legimi pologne ebooks - abonnement ebooks legimi - pocketbook legimi ebooks


L’un des grands enjeux de la démocratisation de la lecture numérique passait par un modèle économique proposant un couplage d’offre entre le contenu et le contenant. La société polonaise Legimi vient de lancer une solution qui réunit tout à la fois une liseuse et une offre d’abonnement ebooks. La grande innovation est que l’appareil est vendu pour 1 €. 



 

Pour les nouveaux inscrits au service d’abonnement de lecture, Legimi propose donc le Pocketbook Touch Lux 3 pour 1 euro en Allemagne, et 1 zloty en Pologne. Sont également mis dans le panier, pour ceux qui voudraient plus de choix l’inkBOOK Prime et l’inkBOOK Classic 2.

 

L’abonnement commercialisé vaut 16,99 € par mois, et offre tout à la fois des livres audio et des livres numériques.

 

Toutefois, cette proposition des plus intéressantes est valable exclusivement outre-Rhin et en Pologne. À l’heure actuelle, le catalogue dispose de 80.000 ebooks et 14.700 livres audio, pour le seul abonnement. Pour la partie vente unitaire, on parle en revanche de 220.000 titres et 25.000 audiobooks.

 

Et comme il se doit, une application offre la possibilité de lire sur les appareils Android et iOS l’ensemble des ouvrages.

 

Le directeur général de Legimi, Mikołaj Małaczyński explique dans un communiqué: « Nous constatons que certains lecteurs hésitent à acheter leur premier lecteur ebook ou à remplacer un appareil ancien. Notre offre est parfaite pour eux. »

 

Supprimer les ebooks de sites pirates
est sans effet sur les ventes

 

En 2015, un pareil projet avait été envisagé par la Fnac, qui avait soumis une étude de marché auprès de ses abonnés. Le principe était simple : trois offres d’engagement sous une période de 12 mois, avec une solution d’achat-vente pour les lecteurs ebook de Kobo by Fnac. 

 

Le projet n’a pas encore vu le jour. Mais l’initiative de Legimi pourrait bien relancer les réflexions...

 

On se bouche les oreilles pour ne pas avoir la petite musique insupportable, et en avant la promotion vidéo.