Pourquoi écrire un Twiller : Thierry Crouzet s'explique

Clément Solym - 07.09.2009

Lecture numérique - Acteurs numériques - thierry - crouzet - écrire


Thierry Crouzet s'est lancé un défi à l'image de Gombrowicz, il veut écrire un « bon mauvais roman » et pour ce faire il a choisi Twitter et le genre singulier du Twiller. Il voit dans la contrainte de la limitation de 140 caractères un moteur pour écrire dans le « style de la littérature hall de gare ».

Il avoue sur son blog son admiration pour les écrivains à succès « qui avec des phrases maladroites, convenues, des personnages caricaturaux, sont néanmoins capables de nous captiver pendant des heures » et concède n'être pas arrivé à les imiter.

Les twillers sont pour lui, une occasion de changer sa façon d'écrire. En effet avec Croisade, il entend ne rien préparer à l'avance, il s'agit d'une sorte d'improvisation. Il crée le passé de ses personnages au fur et à mesure que les événements surviennent et quand un chapitre se termine, il ne sait pas à l'avance comment il va attaquer le suivant.

Fort de son expérience en tant que rôliste, il entend construire un roman de 80 chapitres de 3 à 8 pages chacun soit à peu près 400 pages « format minimal pour le genre ».

En plus de cette nouvelle façon d'écrire, il entend s'affranchir de toute « ambition littéraire », et d'un système de classification qui selon lui n'a plus lieu d'être : « Nous en sommes à l’époque des tags et des folksonomies, plus à celles des étiquettes rigides ».

Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.