Pourquoi HarperCollins UK teste Kindle Unlimited, l'abonnement ebook ?

Clément Solym - 03.10.2019

Lecture numérique - Usages - Kindle Unlimited - abonnement ebook Amazon - éditeur abonnement livres


L’affaire provoque des haussements de sourcils, à juste titre : alors que l’éditeur britannique, comme d'autres, avait refusé catégoriquement de prendre part à l’offre d’abonnement ebook d’Amazon, voici qu’il fait volte-face. HarperCollins UK décide en effet d’abonder quelques centaines de titres de son fonds dans la plateforme Kindle Unlimited. Mais alors quoi ?


 

D’abord les faits : tout part de cette déclaration d’un représentant de la maison. « Nous testons l’implication avec Kindle Unlimited pour le Royaume-Uni avec un certain nombre d’ouvrages numériques, pour comprendre comment les lecteurs utilisent ce service. » Et d’ajouter qu’ils veulent expérimenter toutes les voies possibles pour les auteurs maison.

« Nous pensons qu’il est possible de générer des ventes via Kindle Unlimited et des ventes à la carte (en français dans le texte), en offrant au lecteur autant de choix qu’il est possible dans la manière d’accéder aux œuvres. » (via The Bookseller)

Pour un retournement de situation, c’en est un, et pourtant étrange. Depuis quelque temps déjà, HarperCollins prend part à l’offre de Scrib, et même de Bookbeat, en matière d’offre d’abonnement illimitée. Certes, 50 % des utilisateurs de Scribd, sur le million revendiqué depuis janvier dernier, résident aux États-Unis. 

Or, ce ne sont que des centaines de livres numériques qu’HarperCollins UK va placer dans Kindle Unlimited. Dans quelles conditions économiques ? Rien n’a été dévoilé. Seule assurance, cela concernant les filiales du Commonwealth d’HarperCollins — et encore, uniquement le territoire britannique et australien. 
 

Ne jamais dire jamais – ou ne jamais rien dire ?


Alors où est l’information ? En soi, c’est un changement, puisque les gros éditeurs américains avaient toujours rejeté l’idée de Kindle Unlimited : Amazon avait alors entamé une danse du ventre voluptueuse pour séduire les auteurs indépendants, via Kindle Direct Publishing. Le tout avec des conditions d’exclusivité drastiques et méchantes.

Au Digital Reader, Scribd a d’ailleurs confirmé qu’il disposait « de milliers de titres de HarperCollins sur notre plateforme et nous y ajoutons chaque année des centaines de milliers de nouveaux ouvrages ». 

Par ailleurs, Holtzbrink société mère de Macmillan, a lancé Skoobe en Allemagn et Bertelsmann, société mère de Penguin Random House y était associé — avant que la librairie allemande Thalis ne prenne 50 % du capital. Et les autres acteurs impliqués dans les offres d’abonnement ne manquent pas. 
 
Alors, une fois de plus, y’a-t-il un changement véritable dans l’esprit du groupe, ou est-ce la seule évocation d’Amazon qui fait trembler la planète éditoriale ? Le fait que la firme garantisse des revenus mensuels en dotant Kindle Unlimited d’un fonds régulièrement mis à jour peut-être une solution attractive. Mais les marchés britanniques et australiens sont-ils assez significatifs pour donner une vision d’ensemble ?

Mystère, mystère, mystère…

À l’automne 2013, présentant son partenariat avec Oyster, un service d’abonnement qui a depuis fermé, le CEO de HarperCollins (USA, cette fois) indiquait : « Nous avons négocié durement, pour arriver au point où, si le marché se développe dans ce sens, nous et nos auteurs serions dans des conditions économiques très favorables. »

Il glissait d’ailleurs : « C’est exactement le contraire de ce qui se déroule [avec le livre] des modèles d’abonnements de l’industrie musicale. Les revenus de nos auteurs sont en augmentation significative. » 

Réponse : il s'est donc passé quelque chose avec Amazon…


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.