Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Premier sur la livraison : Google veut coiffer Amazon

Antoine Oury - 06.03.2013

Lecture numérique - Acteurs numériques - Google Shopping Express - Amazon Prime - livraison le jour même


La société derrière le moteur de recherche n°1 du Web entend bien tenir tête à Amazon, qui propose depuis longtemps la livraison en un jour si celui-ci est ouvrable, pour tous les fidèles clients qui ont souscrit à son offre de fidélité Prime. Google vient d'annoncer la création de Google Shopping Express, un service de livraison similaire et en moyenne 10 $ moins coûteux que l'offre d'Amazon.

 

 

Overkill: Amazon Style

mccun934, CC BY 2.0

 

 

Arrivant second, Google se devait de proposer soit une révolution, soit un prix plus bas : de toute évidence, la firme n'a pas brillé par son audace et devrait donc monnayer son service autour de 65 $ par an, soit 14 $ de moins que son concurrent.

 

La seule différence réside dans le fait qu'Amazon Prime ne concerne que les produits achetés sur Amazon, tandis que l'offre Google ne fonctionnera qu'à l'aide des partenaires commerciaux volontaires. Par ailleurs, Google s'engagerait sur une livraison le jour même, tandis qu'Amazon la garantit en deux jours maximum.

 

Sur les fameux partenaires, Google reste dans l'expectative : la présentation de l'offre ne s'est pas encore faite dans les règles et, si quelques noms circulent (Target, Walmart, Walgreens, Safeway, sans aucune confirmation), impossible de connaître les modalités précises du service. Combiné à Google Wallet, qui permet de rassembler ses achats de plusieurs sites de e-commerce sur un seul compte Google, Google Shopping Express pourrait toutefois séduire un large public.

 

Reste surtout à savoir si cette souscription aura une incidence sur Google Play, la boutique de contenus numériques du moteur de recherche. En effet, le programme Amazon Prime permet l'emprunt gratuit d'une large sélection d'ebooks, ainsi qu'un visionnage en streaming gratuit d'une sélection de films et de séries, aux États-Unis uniquement.

 

Par ailleurs, si la firme a pris soin de ne rien confirmer, elle s'est positionnée du côté du commerce physique, et non comme un revendeur en ligne : « Nous allons continuer notre travail pour proposer une technologie, des outils, et le trafic pour aider l'écosystème commercial, mais nous n'avons rien à annoncer pour le moment » a déclaré un porte-parole par mail.