Procès contre Amazon: mauvais début pour les libraires

Xavier S. Thomann - 13.03.2013

Lecture numérique - Législation - Procès - Amazon - Libraires indépendants


Le procès intenté par les libraires indépendants contre Amazon le 20 février dernier commence mal pour ceux qui en sont à l'origine, nous apprend aujourd'hui the Digital Reader. Le juge en charge de l'affaire a refusé aux libraires un délai pour étoffer leur dossier. 

 

 

Le juge, Jed Rakoff, a estimé un délai supplémentaire « complètement inacceptable. » Voilà qui ne correspond pas forcément au début souhaité par les libraires qui partent avec un désavantage face au géant de la vente en ligne et de la distribution de livres numériques. 

 

Rappelons que les libraires reprochent à Amazon d'avoir mis en place une situation de concurrence déloyale, qui tourne en leur défaveur, à cause de la vente de livres numériques qui ne sont compatibles qu'avec le Kindle. Les libraires indépendants estiment qu'ils ne peuvent se faire leur propre place sur le marché de l'ebook, dans la mesure où les livres compatibles avec le Kindle se vendent seulement chez Amazon. 

 

Selon l'auteur de l'article sur Digital Reader, Nate Hoffelder, les libraires se suivent pas la bonne stratégie, et ne peuvent s'en prendre qu'à eux-mêmes par rapport à leur manque de compétitivité sur le secteur du livre numérique. Mettre les grands éditeurs et Amazon dans le même panier n'est pas forcément très subtil, puisque ces derniers sont loin de vouer une admiration sans faille à la firme de Jeff Bezos. 

 

Ensuite, Nate Hoffelder pense que même si Amazon retirait les DRM de ses livres numériques, cela ne serait pas suffisant pour inverser la tendance. Amazon a en effet une excellente maîtrise du marché de l'ebook, marché que les autres acteurs ont pris plus de temps à prendre au sérieux. 

 

Enfin, si les libraires indépendants souhaitent avoir une chance de voir leur plainte aboutir, il leur faudrait prouver clairement en quoi on peut parler de concurrence déloyale. Alors qu'Amazon rend le livre de plus en plus accessible pour le client (logistiquement et financièrement), est-il légitime par exemple d'avancer que le lecteur est lésé par cette situation ? Rien n'est moins sur, ce d'autant plus que certains acteurs, qui n'ont aucun lien avec Amazon, arrivent à tirer leur épingle du jeu dans la grande bataille du livre numérique.