ProQuest acquiert le groupe Ex Libris 

Julie Torterolo - 16.12.2015

Lecture numérique - Acteurs numériques - ProQuest - Ex Libris - acquisition


ProQuest continue ses emplettes : après le rachat de Coutts Information Services et MyLibrary en mai dernier, la société a finalisé l’acquisition d’Ex Libris, fournisseur de solutions cloud pour l’enseignement supérieur. De quoi élargir le contenu des catalogues et sa distribution par cloud aux bibliothèques. 

 

Frankfurt Buchmesse

ActuaLitté CC BY SA 2.0

 

 

« Nous réunissons à tous les deux une combinaison unique de capacités et d’atouts qui vont permettre d’accélérer l’innovation des nouveaux services pour les bibliothèques qui en ont le plus besoin », a ainsi déclaré Kurt Sanford, PDG de ProQuest. 

 

Avec cette nouvelle société, ProQuest annonce créer une nouvelle filiale qui restera dénommée Ex Libris. Son but sera de gérer les découvertes, les bases de données et la gestion des entreprises, déjà clientes d’Ex Libris pour la plupart telles que Leganto et CampusM (solutions de bases de données sur mobile dans les campus).  

 

« Nous réunissons nos talents, nos capitaux, et quelque chose de tout aussi importants : notre dévouement commun à faire progresser le service des bibliothèques. Nous allons également poursuivre nos engagements de longue date et nous ouvrir à d’autres collaborations avec des sociétés telles que OCLC, Google, Gale Cengage Learning, Harrassowitz, et YBP /EBSCO », a ainsi précisé Kurt Stanford dans un communiqué. 

 

Cette fusion entend ainsi mettre de l’innovation en bibliothèque notamment avec le service Cloud. Ex Libris se définit en effet comme « un fournisseur leader mondial de solutions basées sur le cloud pour l’enseignement supérieur ». 

 

Actuellement, cette société concerne plus de 5600 clients dans 90 pays. « 43 des 50 plus grandes universités du monde entier et plus de 40 bibliothèques nationales déployer des solutions Ex Libris pour créer une plate-forme unifiée pour la gestion et la découverte de ressources de la bibliothèque », précise d'ailleurs Ex Libris.