ProtectionLivres : outil de lutte anti-piratage du SNE ou anti-DRM ?

Nicolas Gary - 22.03.2013

Lecture numérique - Législation - lutte contre le piratage - SNE - ProtectionLivres


Ce matin même, le Syndicat national de l'édition réunissait la presse pour faire un petit point avant que ne débutent les festivités du Salon du livre. Entre autres documents fournis dans le dossier de presse, un document présentant les Solutions collectives de lutte contre le piratage. Vincent Montagne, président du SNE, expliquait ainsi que l'un des outils avait été calqué sur le Copyright Infringement Portal, mis en place par le syndicat des éditeurs anglais.

 

Eh bien ça risque de ricaner doucement, outre-Manche, en pointant du doigt les petits froggies... 

 

Le site du SNE, ainsi que ActuaLitté a pu le dévoiler, se nomme ProtectionLivres.com. Mais tout porte à croire que la communication du SNE a été prise non seulement de vitesse, mais surtout qu'elle va devoir être amplement repensée. 

 

En effet, en se rendant sur l'URL www.protectionlivres.com, il s'avère que l'on est loin de tomber sur un portail de lutte contre le piratage, mais plutôt sur un message de paix et d'amour... contre les DRM. 

 

 

 

 

Les auteurs de cette plaisanterie se sont d'ailleurs rapidement fait connaître : il s'agit ni plus ni moins que de la Team Alexandriz, une équipe bien connue des services du SNE, puisqu'une plainte a été déposée contre elle par le Syndicat et sept éditeurs. Le syndicat assurait alors avoir agi en contrefaçon « au nom de la défense de l'intérêt collectif de ses adhérents aux côtés [...] », tandis que du côté de la TA, on assurait « n'en savoir pas plus à part l'annonce qui a été faite », et de confirmer « n'avoir jamais été approché, de près ou de loin, par le SNE ».

 

Pour l'heure, le SNE semble avoir un peu perdu pied : nous attendons une réaction suite à ce petit couac.

 

En revanche, du côté de la Team, on ne cache pas un certain plaisir : « Le nom de domaine était libre, nous l'avons acheté en toute légalité. » Mais c'est avant tout une solution pour donner un coup d'éclairage dans la lutte... contre les DRM. « C'est une bonne tribune au moment ou beaucoup de gens vont avoir les yeux sur ce nom de domaine pour inverser le message initial par le nôtre (la lutte contre les DRM). De rigueur pour un portail appelé "Protectionlivres.com"... »

 

En l'occurrence, la Team AlexandriZ, une fois propriétaire du nom de domaine, a simplement opéré une redirection très classique vers le site Defective by Design, soutenu par la Free Software Foundation. « Oui, c'est évidemment un message », affirme la Team. Et pas des moindres : la campagne Defective by Design a été lancée en 2006 par la FSF. Elle est à l'origine de la journée internationale, le 3 octobre, à déclarer d'utilité publique, et qui mobilise toutes les forces vives dans la lutte contre les DRM. 

 

De son côté, la FSF est une organisation à but non lucratif, qui s'est donné pour mission de promouvoir l'utilisation de logiciels libres, mais également la défense des droits pour tous les utilisateurs desdits logiciels.

 

Dans un entretien accordé à Editions Multimédi@, Vincent Montagne, président du SNE a expliqué que le marché du livre allait bien : « Le chiffre d'affaires du livre est de 4,13 milliards en ventes de détail (TTC) pour la France métropolitaine – y compris le numérique. Dans un environnement en mutation, le livre reste donc stable et très attractif : il représente 53 % du marché des biens culturels. L'institut d'études GfK a calculé une hausse de 80 % des ventes d'ebooks entre 2011 et 2012. »

 

La croissance des DRM sur les livres numériques est également forte...

 

Mise à Jour :

Dans un communiqué rattrapant le tir in extremis, le SNE a légèrement modifié le nom de son site de lutte anti-piratage. ProtectionLivres.com est ainsi devenu PortailProtectionLivres.com, et ce, dans un temps donné particulièrement court.

 

On avait répondu à ActuaLitté que c'était une faute de frappe qui était à l'origine de cette erreur. Mais la rectification parle d'elle-même, comme le souligne TorrentFreak.

 

Mise à jour 2 :

Le SNE vient de nous contacter, pour expliquer que le nom de la plateforme a toujours été PortailProtectionLivres.com, et que l'erreur venait bien de ce que le premier communiqué de presse mentionnait ProtectionLivres.com, une URL qui était alors erronée.