Proust secoué sur Nintendo DS : un bug rencontre une coquille

Clément Solym - 23.03.2010

Lecture numérique - Acteurs numériques - Proust - saccagé - Nintendo


Alors, voilà : c'est l'histoire d'une console de jeu sortie par Nintendo et d'un partenariat avec Folio, la maison de Gallimard, qui soudain se retrouve sur le devant de la scène. En sortant une cartouche contenant 100 classiques de la littérature française, les éditeurs escomptent faire un trou dans un nouveau marché, celui de la lecture sur console portable.


Mais la machine a priori bien huilée grince à un moment : le fichier de Proust contient une foule d'erreurs et même des mots manquants. Pire : il ressemble coquille pour coquille, oublie pour oubli à un fichier que l'on retrouve sur Project Gutenberg. Un ebook qui aurait dû venir de chez Folio, et qui finalement est originaire du site proposant des ebooks libres de droit ? Mystère ? Du tout. Black et Mortimer n'ont qu'à bien se tenir, même s'ils ne sont pas publiés chez Gallimard, nous avons enquêté...

Ce fichier, faites-en ce qui vous plaît

D'abord, il faut savoir une chose, contenue dans la charte d'utilisation du Project Gutenberg (merci Marie) :
A Project Gutenberg ebook is made out of two parts: the public domain book and the non public domain Project Gutenberg trademark and license. If you strip the Project Gutenberg license and all references to Project Gutenberg from the ebook, you are left with a public domain ebook. You can do anything you want with that.
En clair, si l'on supprime les références au Project Gutenberg présentes dans l'ebook, le livre redevient ce qu'il est : un ouvrage du domaine public. « Vous pouvez faire ce que vous voulez avec ça. » Bien ? Poursuivons.

Proust en test et en tête

Sans vous abreuver de détails techniques, voici ce qui s'est passé : le fichier de Proust mis en cause a servi de test, nous explique l'éditeur : « Certains livres sont disponibles en format numérique, d'autre non. La logique est alors d'aller chercher sur le net pour déterminer l'encombrement du livre [NdR : le nombre de signe et de feuillets]. Il nous fallait un premier modèle pour tester, et nous avons opté pour Proust. »

On comprendra donc que le fichier source aura bien été celui de Project Gutenberg. « Mais le problème, c'est que ce texte devait ensuite être détruit pour présenter la bonne version, et non celle du test. Il n'existe aucune raison pour qu'un ebook de mauvaise qualité soit présenté dans cette cartouche. Et Folio a le souci du détail. »

L'univers de la coquille qui croise celui du bug

Pour aller plus loin, il suffit de se mettre dans les baskets des personnes qui ont discuté de ce partenariat : Folio fournit les fichiers, et Nintendo le rendu. Sauf que l'éditeur japonais n'a pas besoin de l'appareil critique, « ce qui implique de supprimer les notes, mais également les mentions. Une toute nouvelle mise en page, en somme », explique Folio. Les tests effectués, on supprime ce fichier « qui n'aurait jamais dû exister sur la cartouche », et on créé la version définitive.

« Finalement, c'est l'univers de la coquille qui rencontre l'univers du bug. Dans une version imprimée, nous aurions rectifié les erreurs à la réimpression. Ici, il va falloir attendre la nouvelle production de jeux. Mais les coquilles, c'est inhérent à l'édition, à la presse ou à l'écrit. »

En effet. On comprend mieux le recours à un fichier pioché sur internet. Ce que l'on saisit moins, c'est pourquoi Gallimard ne disposait pas déjà d'un ebook de Proust.

La raison est finalement dans la question : même si l'on a un fichier disponible, il est nécessaire de procéder à plusieurs tests avec des fichiers différents nous précise Folio. « Nous avions placé un niveau d'exigence à 99 % de fiabilité, la barre était haute. Mais nous devons reconnaître qu'il y a eu un raté. Nintendo se demande actuellement comment le contrôle du fichier ne s'est pas fait, et dans le même temps, de notre côté, pourquoi le mauvais fichier est arrivé chez eux. »

Une solution est à l'étude pour ne pas gêner les utilisateurs. Nous vous en reparlerons...