Quand le livre numérique devient un sujet de fiction

Julien Helmlinger - 05.01.2015

Lecture numérique - Usages - Expérience de lecture - Formats du livre - Ebook - numérique


Depuis le Guide du voyageur galactique, saga publiée par l'écrivain Douglas Adams en 1979, et en passant par The Powerbook de Jeanette Winterson, les technologies de l'édition numérique se sont invitées dans les livres comme un sujet à part entière. Dans ces deux bouquins, l'expérience de lecture reste une sorte de rêve futuriste, plutôt qu'une réalité contemporaine. Mais ce genre d'histoires aura contribué à une certaine prise de conscience quant aux univers virtuels désormais à portée de clic.

 

 

 

 

Courant 2007, le Kindle d'Amazon était officiellement lancé, et environ un an plus tard, Stephen King lui consacrait une nouvelle intitulée Ur, première publication à placer le célèbre lecteur numérique au centre de son histoire. Quelques années auparavant, en l'an 2000, l'écrivain populaire était déjà le premier a avoir mis à profit la publication 100 % numérique avec une autre histoire courte, Riding the Bullet. Une publication destinée au marché de masse, disponible exclusivement en téléchargement.

 

Il s'en est écoulé plus de 400.000 exemplaires en 24 heures, bien que le format n'échappait pas aux critiques. Il était notamment pointé le fait que la lecture sur écran n'est généralement pas des plus confortables pour les yeux. Face à la forte demande des lecteurs, la plateforme via laquelle était diffusé ce premier ebook a planté plusieurs fois.

 

L'ebook de King raconte l'histoire de Wesley Smith, un professeur d'anglais de l'université du Kentucky, qui décide d'acheter un Kindle, et suite à une erreur au moment de sa commande, va se faire livrer un appareil rose, qui était en fait destiné un autre Wesley Smith... d'un univers parallèle. Une fonction spécifique de l'appareil, intitulée UR, permet de rechercher des données au sein de plusieurs univers.

 

À propos de cette nouvelle, Stephen King a confié : « J'avais décidé que je voulais écrire une histoire dédiée au Kindle, mais seulement si je pouvais en faire une sur ce sujet. Les gadgets me fascinent, et surtout si je peux imaginer une façon par laquelle ils pourraient devenir bizarres. C'était avant que le petit lecteur ebook inoffensif ne se change en quelque chose qui semble désormais menacer les éditeurs, les librairies et les auteurs eux-mêmes. »

 

Si le maître de l'horreur a décidé de prendre l'ebook comme sujet littéraire, l'on était loin encore de voir le format comme un monstre qui risquait de cannibaliser les ventes papier et d'engloutir les commerces des libraires et autres éditeurs traditionnels. Les écrivains quant à eux ont souvent été prompts à répondre aux innovations technologiques comme l'apparition du Projet Gutenberg, et autres liens hypertextes permettant d'ajouter une nouvelle profondeur aux contenus narratifs.

 

L'auteur français Paul Fournel a lui aussi, et plus récemment, pris le lecteur numérique comme sujet littéraire. Son livre La liseuse, publié en 2012 chez POL, est une satire impliquant « une réflexion sur l'avenir de la lecture » et qui prend paradoxalement une forme littéraire plutôt ancienne : celle de la sextine, forme poétique inventée au XIIe siècle par le troubadour Arnaut Daniel. On peut y suivre l'histoire d'un éditeur qui va recevoir un gadget numérique et voir sa vie basculer.

 

« Comme je l'écris dans le texte, il est probable qu'une des figures possibles de la lecture de demain est celle de l'interaction : le lecteur entrera dans le corps du texte pour le modifier à sa guise, ne se contentant plus des marges et se rapprochant du travail de l'auteur », précise l'écrivain.