Quand les readers se prennent pour des tablettes

Clément Solym - 15.03.2012

Lecture numérique - Lecteur eBook - Kindle Fire - reader - tablettes


Reader ou tablette ? Confort de lecture ou matériel multitâches ? Noir et blanc ou couleur ? En attendant la mise au point de l'ultime tablette qui rassemblera toutes ces conditions, les constructeurs jouent sur les deux tableaux en créant des tablettes présentées comme des readers. Souvent moins puissantes que les créations des constructeurs, elles constituent une concurrence dérisoire pour Apple et son iPad.

 

Les derniers rapports de l'IDC (International Data Corporation) sacrent le Kindle Fire comme le premier concurrent de l'iPad avec 17 % de part de marché sur les ventes de tablettes. De bons résultats qui sont à mettre sur le compte d'une politique de prix bas qui n'a jamais vraiment desservi Amazon. Malgré des ventes strictement cantonnées aux États-Unis, la vigueur commerciale du Kindle Fire intrigue.

 

 

 

Tout en effet semble tirer le Kindle Fire vers le marché des readers, et non vers celui des tablettes. En premier lieu, son prix inférieur à 200 €, un montant encore très rare dans un marché technologique récent : le nouvel iPad d'Apple affiche ainsi 500 $ dès l'entrée de gamme. Si la vente à perte des Kindle Fire par Amazon explique ce prix défiant toute concurrence, l'ambiguïté entre reader et tablette n'y est absolument pas étrangère...

 

En insistant sur ce côté « reader, mais pas que » dans ses publicités, Amazon compte séduire ceux qui hésitaient à acheter une tablette à cause du prix, et les clients déjà séduits par la lecture numérique. Le Kindle Fire serait plus un support à même de lire les produits vendus sur Amazon (musique, films, livres, magazines...) qu'une tablette multifonction.

 

D'autres constructeurs semblent régler leur pas dans ceux d'Amazon : Kobo, avec sa Kobo Vox, a ainsi tenté le coup de la tablette présenté comme un reader, mais a essuyé une vague de critiques plutôt unanimes quant aux capacités de son « reader, mais pas que ». (voir notre actualitté) Finalement, en tenant absolument à être présents sur deux fronts à la fois, les machines entre tablette et reader ne convaincraient personne : ni les lecteurs d'ebooks, ni les « casual readers », à la recherche des performances et du multitâche. (voir notre actualitté)

 

La sortie du Nook Tablet de Barnes & Noble sera un bon moyen d'évaluer le potentiel de ces appareils bâtards : vendu 50 $ de plus que le Kindle Fire, peut-être sera-t-il à même de proposer des caractéristiques techniques à la hauteur de celles du produit phare d'Apple. Ce dernier est d'ailleurs bien conscient de sa supériorité technologique sur le plan des tablettes : l'iPad 2, dont le prix a été revu à la baisse, coûte toujours 100 $ de plus qu'un Kindle Fire.