Quatre ouvrages érotiques supprimés des meilleurs ventes de l'iBookstore

Clément Solym - 27.07.2010

Lecture numérique - Acteurs numériques - érotique - ebook - classement


L'accès à l'AppStore était déjà relativement sévère, voire un brin compliqué, en fonction des applications que l'on soumet au bon vouloir d'Apple. Mais accessoirement, la censure qui s'y exerce faisant rage, on pouvait aussi s'en trouver éjecté rapidement, sans même avoir compris pourquoi.

 

 

 


Avec l'instauration d'un classement des meilleures ventes sur l'iBookstore, désormais, c'est à une autre forme de censure que l'on se heurte : celles des titres qui ne répondent pas aux critères appleiens sur la qualité des ouvrages proposés. Et en l'occurrence, quatre titres qualifiés d'érotiques ont disparu du classement hier matin, alors qu'ils comptaient parmi les meilleures ventes.

Une fois n'est pas coutume, Apple n'a pas souhaité faire de commentaires. Et quand Steve Jobs proclamait en avril dernier qu'il entendait faire de son store pour iPad un endroit complètement vierge de toute application érotique, bon nombre de blogs se sont écriés que l'on entrait désormais dans la purge de masse, avec que la politique de la firme était devenue complètement folle. 

Or, c'est de notoriété publique, les ouvrages érotiques sont largement plébiscités dans leur version numérique et ce secteur a en grande partie été dynamisé par l'apparition de lecteurs ebook et de l'iPad.

Sauf que... pas de ça chez Apple : cachez-moi cette ligne que je ne saurais lire... Pourtant, l'avantage d'un lecteur ebook, c'est de garantir l'anonymat des lectures pratiquées quand on est en public. Ce pourrait tout aussi bien être le Capital de Marx que la Belle au bois dormant ou Emmanuelle en folie chez les Carmélites.

L'auteur en question, Carle East, qui n'était jamais apparu sur aucune liste des meilleures ventes de quoi que ce soit, a ainsi vu quatre de ses romans, vendus 49 cents, supprimés de la liste des meilleures ventes, au profit d'un Peter Mandelson, nettement moins glamour et sexy. Ses ouvrages, décrits comme particulièrement visuels dans leur écriture, n'ont pas plu à la machine Apple qui les a donc tout bonnement fait sauter.

Au menu, Confessions of a Nymphomaniac ou encore Blonde and Wet, the Complete Story, soit autant de titres explicites que la timidité maladive d'Apple a poussés à la disparition. Un comportement puritain sinistre et hypocrite, quand on sait qu'une vidéo pornographique est réalisée toutes les 39 minutes outre-Atlantique.

Un exemple parmi d'autres que l'on retrouvera avec régularité ces prochains temps...