Que se passe-t-il vraiment dans les entrepôts Amazon ?

Xavier S. Thomann - 20.02.2013

Lecture numérique - Acteurs numériques - Amazon - Allemagne - Entrepôt


Le site Melville House relève différents articles qui font état de conditions de travail difficiles dans les entrepôts Amazon. Selon eux, le cas allemand, dont on a beaucoup parlé ces derniers jours, n'est pas tout à fait isolé. 

 

 

Amazon UK

Sean MacEntee, CC BY 2.0

 

Bien sûr, il ne s'agit pas de dire que les néo-nazis contrôlent tous les entrepôts de la firme de Seattle. Il est plutôt question de conditions de travail douteuses, ici et là. Le 10 mai de l'année dernière, des personnes avaient manifesté devant le siège d'Amazon pour faire part des inquiétudes des employés des entrepôts concernant leurs conditions de travail. Il s'agissait de locaux dans les États de Pennsylvanie et du Kentucky, et il était question de la chaleur et de licenciement abusifs. 

 

Des craintes que l'on retrouvait dans le LA Times, toujours concernant la chaleur qui règne dans les entrepôts. Le lieu en question se trouvait à Allentown. Dans un autre pays où Amazon occupe une place importante, le Royaume-Uni, la publication Business Insider parlait de « camp d'esclaves » à propos des entrepôts du pays. 

 

Des informations qui recoupent celles données par le documentaire allemand concernant les conditions de travail de l'autre côté du Rhin. L'entreprise assurant la sécurité a été mise en cause pour ses pratiques et ses tendances politiques, proches des milieux néo-nazis. Depuis, ce prestataire a été congédié, après que l'affaire a suscité une vive réaction en Allemagne, certains appelant un boycott de la multinationale basée à Seattle. 

 

Si l'on se fie aux analyses qui circulent et aux différentes déclarations d'Amazon, ce sont les intermédiaires qui sont en cause et responsables de ces débordements. L'entreprise allemande n'a en effet pas été choisie par Amazon directement, mais par une agence spécialisée dans le recrutement. 

 

Même chose outre-Atlantique. Pour faire face à la demande, Amazon doit faire appel à de nombreux travailleurs saisonniers. Ce qui induit une forme de précarité, et qui ouvre la porte à un non-respect des conditions de travail. Car, la vente a beau se faire en ligne, l'expédition du produit choisi requiert une main-d'oeuvre considérable. 

 

Reste maintenant à savoir si l'entreprise de Jeff Bezos va frapper un grand coup en vue de mettre fin à ces scandales, qui ternissent l'image d'une marque, déjà la cible des politiques et des législateurs un peu partout dans le monde.