Révolution ebook : Une application pour lire de l'ePub sur le Kindle

Clément Solym - 07.09.2010

Lecture numérique - Acteurs numériques - ebook - epub - kindle


Sur iPhone, le credo d'Apple était de clamer qu'il y avait une application pour ça. Et une application pour tout. Amazon l'a cru et a lancé un kit de développement d'applications pour son Kindle en janvier dernier. Moralité... pas des masses d'enthousiasme. (notre actualité)

L'un des problèmes majeurs soulevés par ces applications, c'était leur coût. Non pas de création, mais à l'utilisation : elle pouvait être gratuite si elle restait sous la barre du mégaoctet, mais ne devait pas non plus dépasser les 100 ko de transferts mensuels, sans quoi les utilisateurs sont ponctionnés d'une taxe de 0,15 cent/Mo. (notre actualité - oui, nous avons une actualité pour tout...)

Or, l'un des grands enjeux du Kindle 3, outre d'asseoir définitivement la domination du cybermarchand dans le domaine, c'est avant tout d'imposer son format propriétaire une fois pour toutes et de verrouiller son environnement. Le tout en proposant des applications permettant d'acheter et de lire ses ebooks Kindle, depuis n'importe quel appareil.

Tandis que durant ce temps...


L'alternative au format Kindle, c'est l'ePub, avec plus ou moins de DRM, c'est entendu, mais tout de même. Or, TeleRead a eu les oreilles bien aiguisées, en tombant sur cette conversation : « Je crois qu'il y a actuellement un développement d'une application pour le Kindle... J'ai parlé à un couple de personnes qui disaient vouloir construire un lecteur ePub qui tournerait sous Kindle. Et Amazon a dit qu'il s'en fichait - et qu'il pouvait bien faire ce qu'ils voulaient. »

Dans l'idée, facile : Amazon gagne plus encore de parts de marché, en imposant sa bêbête, sur laquelle on tien absolument à lire des ebooks en ePub. Mais pour autant, nulle part il n'est dit que l'application était créée, parce qu'il y a loin de la coupe aux lèvres...

Question à une centaine d'euros : pourquoi empêcher les développeurs travaillant sur l'application idoine de se faire plaisir, puis de la racheter et de la museler ? Voire plus simplement encore : de n'en avoir réellement rien à faire ?