RIP : La RIAA reconnaît la mort des DRM

Clément Solym - 20.07.2009

Lecture numérique - Acteurs numériques - RIAA - reconnaitre - fin


L'association américaine de défense des droits de l'industrie musicale a-t-elle disjoncté ? Car la funeste RIAA, ou Recording Industry Association of America qui a défendu bec et ongle le recours aux DRM pour sauvegarder son secteur effectue un revirement épatant.

Depuis toujours le verrou numérique semble être la seule alternative prônée pour lutter contre le piratage, et voilà deux ans encore, Mich Bainwol, le directeur exécutif assurait encore que les DRM servaient au contraire aux consommateurs.

L'industrie réalisa son examen de conscience, observant les habitudes des utilisateurs, et s'est retournée contre ces protections anti-copie, et autres restrictions nuisibles, en offrant de la musique débarrassée des DRM. La RIAA ne s'était pas dégonflée pour autant, affirmant presque qu'un futur sans elle, ni DRM, n'aurait aucun avenir.

Mais aujourd'hui, alors que ces verrous sont encore présents dans certaines offres, même Apple a affirmé en début d'année que l'on n'en trouverait plus des masses sur iTunes. Et la RIAA semble aussi avoir fait une croix sur un nouveau retour de ces verrous.

Jonathan Lamy, interrogé par le magazine SCMagazine sur la mort des DRM, en regard de l'offre aujourd'hui disponible, a confirmé que le retour n'était pas possible. En qualité de porte-parole, soit il est suicidaire, soit les consignes officielles ont été revues.

Notons juste que les DRM ne sont pas une arme efficace de lutte contre le piratage sur le net. On peut craquer ceux d'un ebook en quelques minutes et en quelques recherches sur Google. Non, n'insistez pas, inutiles. Leur présence exerce avant tout un impact négatif sur la qualité du contenu vendu en ligne, comme la possibilité de les transférer à loisir ou de dupliquer les fichiers.

En outre, l'IFPI, autre organisme de défense acharné des DRM avait déclaré plus tôt cette année que la suppression des verrous pourrait « renforcer de manière significative les ventes au téléchargement ». Une page est tournée, messieurs.

Enfin... presque. Encore faut-il que le monde du livre comprenne à quel point les DRM lui seront nuisibles, pour les mêmes problématiques...