Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Robert Laffont, Universalis : la contrefaçon numérique frappe

Clément Solym - 30.05.2012

Lecture numérique - Usages - Jacques Bainville - contrefaçon - livre numérique


Information ActuaLitté : L'encyclopédia Universalis a-t-elle décidé de vendre ses articles en versions numériques ? C'est ce que pourrait croire l'internaute de passage, qui trouverait sur sa route la version Kindle d'une biographie de Napoléon, rédigée par Jacques Bainville. Diable ?! Eh oui…

 

Commercialisé par le biais du Kindle Direct Publishing, l'outil d'autoédition, ce livre, au même titre que d'autres, se retrouve en effet sur la plateforme d'Amazon, identifiable à la petite note "vendu par : Amazon Media EU S.à.r.l". 

 

Mais plusieurs questions se posent, à commencer par la présentation de l'éditeur 

Journaliste et historien français. Après ses études secondaires, un voyage en Allemagne lui fait découvrir la puissance de l'Empire allemand. Il se demande si la République française est suffisamment forte pour faire face à un si redoutable voisin. Peu après son retour, il entre en relation avec Charles Maurras dont il devient le disciple et l'ami.

 

C'est que cette présentation ressemble fortement à celle rédigée par François Léger et que l'on retrouve directement sur… l'Encyclopedia Universalis.

 

Vendre du gratuit, un must-have

 

Ledit François Léger, décédé en juin 2010, ou plutôt ses héritiers, n'a pas pu être joint pour nous assurer qu'ils avaient cédé leurs droits ni autorisé l'utilisation par un éditeur tiers de la biographie rédigée. Mais ici, une première question de droits se pose, bien évidemment...

 

 

  

En revanche, le livre en tant que tel, relève bien du domaine public. Bainville étant décédé en 1936, son texte se retrouve assez facilement sur la toile, à commencer par le Projet Gutenberg, qui en propose une version complète.

  

De Jacques Bainville, sont proposés plusieurs ouvrages, certains étant par ailleurs publiés un éditeur plus identifié, Haerès Publishing. On retrouvera quelques informations directement sur leur site :  

Hærès Publishing™ est une marque d'usage « Trademark » de la société Præ­stance llc ; celle-ci identifie les services de publication, distribution de livres essentiellement numériques et francophones : dans le domaine des sciences humaines, religieuses et historiques. Sauf autorisation écrite, toute reproduction publique, sous quelques formes que ce se soit, des manuscrits numériques édités par Hærès Publishing™ est strictement prohibée.

⇒Sous réserve de certaines contraintes techniques ou de distributeurs, Hærès Publishing™ commercialise ses livres numériques dans les formats les plus ouverts et/ou populaires, soit les formats Epub et Mobi(Kindle).

  

Sauf que l'on ne parvient pas à distinguer s'il s'agit encore du même éditeur, pour le titre présenté en capture d'écran. Dans le doute, autant signaler également au lecteur qu'un peu de méfiance sera de bon aloi.

 

Libre de droit, pas libre de vendre

 

On se souviendra que depuis quelque temps, Amazon a décidé de resserrer les mailles pour la publication et la commercialisation d'oeuvres libres de droits, et/ou relevant du domaine public.

Ainsi donc, les oeuvres libres de droits sont en première ligne dans cette histoire. « Nous n'accepterons pas les contenus qui sont gratuitement disponibles sur le web, sauf si vous êtes propriétaires des droits sur ces contenus », ajoute Amazon. Ainsi, un livre librement diffusé sur la toile ne pourra pas être commercialisé depuis la boutique. 

 

« Nous acceptons les contenus du domaine public, mais nous pouvons choisir de ne pas vendre un livre qui relève du domaine public si son contenu est indifférencié ou à peine différencié d'un ou plusieurs autres livres », assurait en effet la firme. (voir notre actualitté)

 

Valeur ajoutée ?

 

La valeur ajoutée de l'éditeur, dans le cas présent est clairement stipulée dans la présentation du produit : « Relu, corrigé et intégré par l'éditeur aux fonctionnalités de navigation du Kindle (table des matières dynamique). »

 

Or, ce qui est troublant, c'est qu'à plusieurs reprises, nous a fait remarquer un lecteur vigilant, c'est que l'on retrouve les mêmes erreurs, coquilles et autres, qui sont présentes sur les fichiers disponibles en libre partage. Après nous être procuré la version numérique, nous avons pu constater que le livre dispose en effet d'une table des matières dynamique. En revanche, pour ce qui est de l'édition ou de l'enrichissement du texte, conformément aux demandes d'Amazon, rien à l'horizon.

 

Couverture tirée à soi

 

A moins que… à moins qu'il ne faille aller chercher du côté de la couverture, bien entendu. La photographie, sur un modèle de présentation désormais assez classique dans l'édition, d'un livre présenté de 3/4, est intéressante, et à plus d'un titre. C'est en effet celle dont s'est servi Christophe Dickès, dans un livre publié chez Robert Laffont, dans la collection Bouquins, en mars 2011, elle est attribuée à Marie-Lucas Robiquet. 

 

Chose étonnante, puisque, selon nos informations, la peintre serait décédée en 1959, et là encore, tout porte à croire que les droits de réutilisation de l'oeuvre pourraient ne pas avoir été respectés. Et dans ce cas, comment ne pas s'interroger encore un peu plus... Les éditions Robert Laffont nous confirment par ailleurs que la peinture appartient à la famille de Jacques Bainville. « Il s'agit d'une collection privée, et l'oeuvre est propriété de la famille. »

 

Dans les mentions qu'indique bien l'ouvrage des éditions Robert Laffont, on trouve ainsi les renseignements suivants :

 

Copyright : Coll. part. Hervé Bainville  

Marie Lucas-Robiquet, portrait de Jacques Bainville

Photo : Miliana Bidault 

 

 

Bien entendu, aucun de ces mentions n'est reproduite dans le livre numérique que nous avons acheté. On pourrait donc évoquer une réappropriation abusive, voire, plus simplement, une violation du droit d'auteur...

 

Chose amusante, cette couverture est également réutilisée pour six autres ouvrages proposés par ledit éditeur, dans le cadre du Kindle Direct Publishing.