'Rome ne s'est pas faite en un jour, Hadopi non plus' (MF Marais)

Clément Solym - 29.09.2011

Lecture numérique - Législation - hadopi - rapport - activité


En donnant rendez-vous à la presse en juin 2012, pour le rapport d'activité de l'année à venir, la présidente Marie-François Marais a peut-être fait preuve d'un brin d'optimisme. Ou bien a-t-elle des informations sur les élections présidentielles auxquelles le grand public mériterait d'être sensibilisé...

C'est que, du côté PS, on préférerait mettre en place une licence globale plutôt que la riposte graduée, qui semble avoir conquis les internautes, si l'on se fie aux propos de l'intéressée, au cours de cette conférence.


Éric Walter et Marie-France Marais,
le secrétaire général et la présidente de l'Hadopi


Avec 38 millions d'internautes, soulignait-elle, ils sont aujourd'hui 650.000 à avoir reçu le premier avertissement par email, et 44.000 à avoir écopé du second. Mais, dit-elle, « la riposte graduée est quelque chose qui fonctionne, et est acceptée par les internautes ». Ce qui permet à l'Hadopi d'être particulièrement contente de son activité, et de promettre une année 2012 qui sera celle du « diagnostic ».

Et de l'accompagnement de la réflexion qui doit être mise en oeuvre, pour qu'enfin, l'offre soit conforme aux attentes des consommateurs. « Hadopi sera là pour aider cette réflexion. »

S'adapter, en permanence

Sur la question du streaming, qui pour l'heure échappe à la surveillance, la présidente assure que les moyens viendront, et qu'au moment où ils seront mis en place, il faudra se consacrer à une nouvelle forme de contrefaçon. « Le streaming sera probablement dépassé et Hadopi devra s'adapter plus encore par la suite », explique MFM.

D'autres procédés de partage et d'échange... une sorte de Tonneau des Danaïdes, ou de Sisyphe roulant sa pierre, et voué à toujours la voir redescendre, éternellement.


Ou peut-être l'image de Promethée se faisant dévorer un foie qui chaque jour repousse serait plus appropriée : en proie aux critiques permanentes, les plus pertinentes comme les plus vindicatives, l'Hadopi est vouée à se faire dévorer par les avancées technologiques, et réagir toujours avec un cran de retard....

« Rome ne s'est pas faite en un jour, Hadopi non plus », conclura la présidente, donnant, nous l'évoquions en introduction, rendez-vous en 2012.

Et l'ebook ? Le quoi ? L'Hibou Q ?

Reste alors la question du livre numérique, que nous avons traitée au sortir immédiat de la conférence. « Oui, nous continuons d'échanger avec les acteurs du livre, et prochainement, les Labs Hadopi remettront leurs premières études, dans les semaines à venir, sur le livre numérique et ses enjeux. » Mais pour le moment, du côté d'Hadopi, on ne se préoccupe pas vraiment de ce qui peut se passer dans le domaine...

Et pour cause : 70 % des acteurs labélisés PUR, cette indication qui souligne que les plateformes de vente en ligne commercialisent une offre légale, appartiennent au domaine de la musique. (voir notre actualitté)