Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Sans offre légale, le piratage est acceptable pour 22 % des Européens

Nicolas Gary - 02.12.2013

Lecture numérique - Législation - propriété intellectuele - contrefaçon - protestation


Dans une étude européenne réalisée par l'Office de l'harmonisation du marché intérieur (OHIM), il semble que les citoyens soient d'accord sur deux points : il faut protéger la propriété intellectuelle. Et dans le même temps, ils considèrent que le téléchargement illégal, pour usage personnel, est tout à fait acceptable. Schizophrénie ? Pas du tout...

 

 

Pirate Close up

Portrait de pirate avant son méfait...

FantasyClay, CC BY ND 2.0

 

 

96 % des gens consultés reconnaissent l'importance de la protection du copyright. Quand 42 % trouvent que le téléchargement n'est pas problématique. Mieux : 57 % chez les jeunes de 15-24 ans le reconnaissent. Menée sur 26.500 personnes de 15 ans et plus, l'étude indique que 86 % « considèrent que la protection de la Propriété Intellectuelle contribue à améliorer la qualité des produits et des services ». 

 

De la même manière, 69 % accordent « une grande valeur à la PI qui, selon elles, contribue à la création d'emplois et à la prospérité économique », ce qui explique pourquoi elles condamnent les violations. 

 

Cependant, ils sont bien 34 % à estimer que les économies réalisées, via le téléchargement illégal, peuvent justifier ces pratiques. Pour 38 % d'entre eux, « l'acquisition de produits contrefaits à valeur de protestation contre une économie axée sur le marché et peut, à ce titre, se justifier ». Et même 22 % s'accordent à dire qu'en l'absence d'offre légale, le piratage est acceptable. 

 

La divergence entre ces deux avis peut s'expliquer, d'après l'enquête, par le fait que bon nombre des personnes interrogées pensent qu'elles ne tirent pas un bénéfice personnel de la Propriété Intellectuelle, ou que le système de PI ne répond pas à leurs attentes dans des domaines tels que le prix, la disponibilité, la diversité ou la qualité.

 

« Ces études nous permettent désormais de fournir des informations fiables et indépendantes, conformément au mandat qui nous a été confié, sur les perceptions et le comportement des citoyens européens à l'égard de la propriété intellectuelle et des atteintes aux droits connexes. Nous poursuivrons cette analyse, de manière continue, notamment en ce qui concerne la génération internet », explique Antonio Campinos, président de l'Office de l'harmonisation dans le marché intérieur (OHMI). 

 

Et d'ajouter : « Comme l'illustre cette enquête, la PI est l'un des atouts les plus précieux de l'Europe, mais elle est constamment mise à l'épreuve. Les citoyens européens estiment qu'il ne leur appartient pas de protéger la PI, ce d'autant moins lorsque d'autres ne partagent pas les mêmes valeurs et veillent à ce que les règles soient respectées ou adaptées aux attentes du public. Nous espérons que ces conclusions conforteront nos efforts collectifs dans la lutte contre les atteintes aux droits de la PI, dans laquelle chacun a un rôle à jouer. » 

 

A quand la mise en place d'une licence globale ?