Scribay, réseau social et "terre d'accueil pour tous les auteurs"

Clémence Chouvelon - 30.04.2015

Lecture numérique - Acteurs numériques - Scribay - réseau social - auteurs


Scribay est un nouveau réseau social pour tous les auteurs, qui s'appuie sur la possibilité d'écrire et de publier, de découvrir et de partager des écrits, ou encore de participer à des défis littéraires avec la communauté d'inscrits. Le réseau compte aujourd'hui plus de 400 membres et près de 700 publications. 

 

 

Page d'accueil de Scribay, dans sa version bêta. 

 

 

L'équipe de Scribay se compose de ses deux fondateurs, qui travaillent pour le réseau social pendant leur temps libre : Manuel Darcemont s'occupe des aspects techniques du site et Arnaud Lavalade est chargé de la communication et des aspects juridiques et graphiques. 

 

À l'origine de Scribay, une passion commune de ces deux amis pour la littérature et l'informatique, et l'envie d'écrire : « Il y a un peu plus de deux ans, Manuel et moi-même nous lancions des défis littéraires afin de nous motiver à écrire », explique Arnaud Lavalade à ActuaLitté.« La suite est venue naturellement : à l'origine, Scribay devait être une application pour smartphone encourageant les défis littéraires ! Nous voulions alors partager notre goût pour l'écriture sous contrainte et l'écriture créative. Au fil des discussions et des débats, ce projet s'est transformé en réseau social pour auteurs, dont le système de défis est désormais l'une des principales fonctionnalités. » 

 

Le traitement de texte proposé par Scribay est pensé pour s'écrire dans un flux de publication, et apporte son lot de fonctionnalités par rapport aux outils de traitement de texte classiques : l'auteur peut fixer ses règles d'accessibilité, structurer ses œuvres grâce à un sommaire automatique et exporter en un clic ses textes en format EPUB. Une fois le texte publié par l'auteur, les lecteurs peuvent, eux, personnaliser leurs paramètres de lecture pour plus de confort. « Notre système est pensé comme un écosystème de création littéraire », souligne Arnaud Lavalade.  Il n'est pas nécessaire d'être inscrit, par ailleurs, pour accéder aux textes.

 

Si un auteur désire vendre son ouvrage, il peut se servir à l'heure actuelle de Scribay comme d'un tremplin et renvoyer ses lecteurs vers des sites d'achat extérieurs. Ils étudient différentes possibilités de soutien pour les auteurs, qui dépasseraient le simple cadre de vente : « Cela rejoint les possibilités d'offrir un espace dédié aux dons directs aux auteurs à partir de solutions existantes, mais également la possibilité de fournir un support dédié aux cryptomonnaies [des monnaies électroniques, telles Bitcoin, NdR] sur Scribay. » 

 

Une volonté de neutralité éditoriale 

 

En tant qu'hébergeur de contenus, Scribay n'intervient dans la gestion des textes postés qu'en cas d'infraction à la loi. Pour ce qui est du droit d'auteur et les problèmes présumés par des œuvres comme les fanfictions par exemple, Arnaud Lavalade précise que ces dernières « soulèvent de nombreuses questions sur la littérature, le droit d'auteur ou même la situation actuelle de l'édition. Aujourd'hui, elles sont globalement tolérées et à l'exception de rares auteurs, la tendance générale reste à l'acceptation, voire au soutien enthousiaste de ces nouvelles littératures. »

 

Scribay refuse la position d'éditeur par une volonté de neutralité éditoriale. Chacun peut ainsi poster ses écrits sur Scribay, sans qu'aucune sélection ne soit effectuée ni aucun jugement porté, sauf dans le cas d'une demande légitime relevant du droit d'auteur sur une œuvre, évidemment.

 

Pour les auteurs désirant pianoter sur Scribay depuis leur smartphone, une application mobile est prévue, « mais pas pour 2015, notre agenda d'évolutions est déjà plein ». Au programme, la mise en place d'un système d'annotation des textes, de nouvelles fonctionnalités de groupes, entre autres idées soumises par les utilisateurs.