Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Abonnement aux livres : Kindle Unlimited aurait tué la concurrence

Nicolas Gary - 25.09.2014

Lecture numérique - Usages - abonnement illimité - Kindle Unlimited - livres offre


La déflagration Kindle semble atomiser tout ce qui croise son passage. Après être devenu le marchand d'ebooks le plus coté de la planète, avoir proposé une bibliothèque de prêt gratuit pour ses clients, Amazon s'est lancé dans l'offre illimitée de lecture. Ou presque illimitée : avec Kindle Unlimited, ce sont 10 titres que l'on peut lire simultanément, et remplacer, pour un forfait mensuel de 9,99 $. 

 

 vieux robinet

thierry ben abed, CC BY ND 2.0

 

 

Selon toutes les informations, qui convergent vers la Foire du livre de Francfort, Kindle Unlimited sera présenté et ouvert à l'Europe cet automne. Ce qui confirme par ailleurs des informations qu'ActuaLitté avaient obtenues, sur les dates de lancement en France. Après l'arrivée en Angleterre, voilà quelques jours, le service fête ses deux mois d'activités, les premières analyses sont catastrophiques... pour la concurrence.

 

L'offre de souscription, outre-Atlantique, se concentrait autour de Oyster et le très controversé Scribd – principalement parce qu'il joue sur une présence d'offre pirate importante, notamment avec le catalogue français. Durant le quatrième trimestre de 2013 et le printemps, 2014, Peter Hidick-Smith du Codex Group, avait analysé les résultats des deux acteurs, jusqu'à l'arrivée de Kindle Unlimited.

 

Avec son modèle précurseur à l'offre illimitée, Kindle Owners Lending Library, qui est réservée aux clients Prime, Amazon avait bien préparé le terrain. Attention : Unlimited est une offre supplémentaire, qui implique le recours à une nouvelle offre chez le revendeur, mais pour les sociétés déjà implantées, on constate des pertes d'abonnés de l'ordre de 63 % pour Oyster, et 50 % pour Scribd. (via Buchreport)

 

Les deux firmes ont d'ailleurs rapidement contesté les chiffres : Scribd assure que le nombre d'abonnés est en croissance permanente sur les 12 derniers mois, et que, sur le mois d'août, la firme compte plus d'abonnés qu'en cumulant juillet et juin. Oyster affirme que la croissance mensuelle est de 25/30 %, avec une véritable accélération en 2014. (via The Digital Reader)

 

Pourtant ce qui est clair, limpide, même, et peu importe les chiffres, c'est que le catalogue de Kindle Unlimited est bien plus profond que celui de Scribd ou de Oyster. Au moment du lancement, le premier comptait 500.000 titres et le second 400.000. Aujourd'hui, Amazon en compte 716.970. 

 

Autrement dit, grâce à son parc d'auteurs autopubliés Kindle Direct Publishing Select, Amazon peut disposer d'un catalogue qui n'en finira pas – alors que les deux concurrents tentent de convaincre les éditeurs d'accepter cette nouvelle solution de commercialisation. Ce qui est effrayant, c'est que l'on va prendre à la gorge tous les acteurs : si les éditeurs refusent, et c'est leur droit, ils ouvrent chaque jour un peu plus la porte à l'offre d'Amazon, stabilisant, et consolidant, la position dominante de l'acteur sur tous les pans possibles du marché.

 

Accepter le modèle illimité n'est pourtant pas rassurant pour les auteurs, qui peuvent légitimement craindre pour leurs revenus...

 

Trip Adler, de Scribd, assurait, au lancement de Kindle Unlimited, que le service est « intéressant pour l'industrie dans son ensemble ». Mieux : la concurrence n'est pas à redouter : les consommateurs pourront tester toutes les formules, et choisir celle qui leur semble la plus efficace pour leurs besoins.

 

Eric Stromberg, de Oyster, ne disait pas autre chose. « Ils sont passés d'un modèle de transaction, à un modèle d'abonnement sur un autre média, et ont connu un succès limité. Ils ont vraiment ouvert le chemin du livre numérique, et il est enthousiasmant de les voir embrasser le marché que nous avons créé comme le futur des livres. »

 

Maintenant, les cartes sont battues.