Sériculture : la protéine de vers à soie dans des lecteurs ebook

Clément Solym - 06.03.2011

Lecture numérique - Acteurs numériques - vers - soie - ebook


L'amélioration des lecteurs ebook passerait par l'une des protéines contenues dans la soie produite par les vers, vient de découvrir l'université taiwanaise, Tsing Hua. En s'appuyant sur la fibroïne, il serait ainsi possible d'accroître l'efficacité des transistors...

Dans un fil de soie, il existe deux brins composés de fibroïne, que relie entre eux une matière grasse, appelée grès. Une fois que l'on sait cela, on n'est pas plus avancé.

Cependant, les scientifiques de l'université se sont penchés sur cette fribroïne et les applications que l'on en ferait dans le domaine des écrans, et plus particulièrement ceux de lecteurs ebook. Selon le professeur Peter Hwang, interrogé par l'AFP, « la transmission de signaux électroniques sur les transistors, à partir de la fibroïne de soie est environ 20 fois plus rapide ».


De ce fait, la vitesse à laquelle il serait possible de tourner les pages sur un lecteur ebook, serait elle-même grandement augmentée. La prochaine génération d'écrans flexibles pourrait alors être la première à profiter de cette découverte. Et au cours des trois prochaines années, il serait possible de commercialiser des appareils profitant de cette fibroïne.

Cependant, les écrans à base d'encre électronique ne sont pas les seuls à qui cette découverte profiterait. De fait, les écrans LED, LCD ou les puces RFID seraient également en mesure de bénéficier de cela. « Nous ne savions pas, en commençant, que ce serait le meilleur matériau, mais après quelques mois de tests, nous avons réalisé que ce serait tout à fait utilisable », souligne Hwang Jenn-Chang, auprès de PC World. « Personne d'autre n'avait pensé à essayer cela, ou du moins, personne n'avait réussi. »

La soie liquide produite par les vers est en effet transformée en une membrane qui peut contenir des transistors sur une couche très fine, et surtout flexible. Et le coût de fabrication de cette technologie reviendrait à 0,03 $ par appareil. Plusieurs fabricants seraient déjà en discussion pour l'intégration de cette solution à leurs machines.

Bien évidemment, cela impliquera l'augmentation de la production de soie pour parvenir à une production industrielle. Et la sériculture, même si elle est passée depuis longtemps dans une phase de production massive, implique des conditions d'élevage particulièrement contraignantes.


Crédit photo Flickr