Serum : Loevenbruck et Mazza plongent dans une vie numérique

Clément Solym - 10.04.2012

Lecture numérique - Usages - Serum - livre - série


Le site est apparu dernièrement, avec une griffe toute particulière. Serum, c'est la série d'Henri Loevenbruck et Fabrice Mazza. Et les auteurs disposentn désormais d'une forme de grande bande-annonce pour leur série de livres, qui s'appuie sur les outils du net. Largement. 

 

C'est à New York que tout commence, un 13 janvier 2012, mais le livre est sorti, lui, le 28 mars dernier. Il s'agit surtout d'une série inédite en version poche. Le pitch est d'ailleurs simple : une victime assassinée, un psychiatre aux méthodes étonnantes... et bien d'autres jolies choses. François Pumir, responsable du site Maraboutee.net et concepteur du site Serum Online reviennent sur ce projet. 

 

« Marc Émery, l'éditeur de J'ai lu, avait proposé que l'on fasse un site de promotion, mais il me semblait important de réaliser un site à la hauteur de la série. On parle d'un livre qui va se composer d'une saison, au travers de six épisodes. Il fallait donc proposer une plongée dans l'univers, en explorant les personnages, les lieux et en même temps, créer la frustration qui existe dans le livre. C'est compliqué, mais un défi passionnant. » (rires)

 

 

 

Le site répond donc à plusieurs impératifs, et principalement celui du mécanisme des séries télé. « Il fallait proposer une expérience labyrinthique pour l'utilisateur, le perdre dans le même dédale que celui écrit par les auteurs de la série. Donc, donner accès à une profusion de personnages et le croisement de leurs histoires. »

 

La grande difficulté était celle de retrouver New York. « Loevenbruck et Mazza offrent une descritption très fidèle de Manhattan et de New York. Les images de Google Street View, intégrées au site, collent bien à la réalité. Dans un monde imaginaire, relevant d'une pure création, cela aurait pu être gênant. Mais ici, cela illustre bien la réalité du monde new-yorkais. Finakement, cela répond aussi aux usages contemporains : aujourd'hui, on regarde sur Google Maps depuis son smartphone, pour se repérer, alors pourquoi ne pas offrir une reproduction similaire pour notre site », explique Marc Émery.

 

En parallèle, le site Sérum va offrir à l'éditeur une promotion sur plusieurs mois. « Il a été pensé pour offrir une vie marketing aussi importante que celle de la série des livres. Pour une fois, on n'aura pas un minisite qui n'a d'existence qu'à l'occasion de la sortie du livre. Ici, les auteurs ont la main, et peuvent modifier facilement le site. Ils peuvent apporter leur contribution en toute simplicité, tout d'abord parce que l'on a décidé de recourir à une plateforme Wordpress », poursuit François Pumir. 

 

Il y aura la musique, qui viendra accompagner chaque nouvel épisode, puisque la bande-son répond aux nouveaux textes. « C'est aussi une approche nouvelle, parce que l'on va donner des informations sur les personnages, livrer de nouvelles énigmes, et proposer des ponts entre le texte et le site. Cela débloquera des pages du livre, pour découvrir l'oeuvre, mais également donner des historiques de personnages. »

 

Évidemment, des connexions avec les réseaux sociaux, Facebook, comme Twitter, seront activées, et des énigmes, cette fois géolocalisées, sont prévues. « C'est une approche ludique, pour cette série, qui est une sorte d'alien dans les publications de J'ai lu et qui a été très bien apprécié par la maison. C'est un site particulier, pour une série particulière. En fait, il était presque logique que le site ressemble à ce que l'on a réalisé », ajoute David Émery. 

 

Pour ce qui est des ventes, il est encore trop tôt pour juger, explique-t-il. « La première semaine, et surtout dans le cadre d'une série, est rarement significative. Ce que l'on peut remarquer, c'est que la présence de J'ai lu, sur les réseaux sociaux, a été particulièrement importante. »

 

Serum la série from Editionsjailu on Vimeo.