Services éditoriaux pour autoédités : gare aux arnaques

Clément Solym - 09.10.2013

Lecture numérique - Usages - autoédition - services éditoriaux - commercialisation


L'ère du numérique, pour les auteurs en herbe, signe également la fin des arnaques liées à l'édition à compte d'auteur, ou encore, les prestations tournant en général autour de la commercialisation des livres. Depuis quelque temps, c'est l'offre de Penguin, Author Solutions, qui est sous le coup d'un recours collectif. Mais l'éditeur Bloomsbury ne devrait pas échapper à la déferlante.

 

 

Jus de fruit innocent : arnaque dans le packaging : bouteille à 900 ml qui empêche de comparer les prix #arnaque

Impression de se faire presser ?

Pascal Vuylsteker, CC BY SA 2.0

 

 

Le service de la maison britannique, Writers & Artists, commercialise un outil pour l'autoédition, à destination des jeunes auteurs britanniques. L'Alliance of Independent Authors (ALLi), en Grande-Bretagne a déjà tiré à boulets rouges sur ce modèle, notamment pour ses liens étroits avec Author Solutions et les différentes marques affiliées. 

 

Le service n'est pas né de la dernière pluie, et sa commercialisation auprès des auteurs, est évidemment des plus prometteuses. Ressources innovantes, offre de service essentielle, on en passe et on en oublie : finalement, tout ce que peut réaliser une maison d'édition est facturé à l'auteur indépendant, depuis la conception jusqu'à la distribution des livres numériques. 

 

Certes, un accompagnement n'est pas une mauvaise chose, mais le coût de ces prestations sont toujours bien plus élevées que le retour sur investissement que les auteurs ne percevront. 

 

L'ALLi tente depuis quelques mois de discuter avec Bloomsbury sur la réalité de son modèle : plusieurs informations manquent sur le site internet, notamment le fait que des acteurs tiers peuvent acheter les données personnelles des auteurs.

 

David Gaughran a fait mouche sur Twitter, dénonçant ouvertement les accords entre Writers & Artists et Author Solutions : 

 

 

 

Et n'a pas maché ses mots pour démonter ce qui lui apparaît comme une arnaque.

 

 

 

Penguin tente de son côté de tout faire pour que cesse la class action lancée contre Author Solutions. D'après les avocats de la maison d'édition, il s'agit là « d'une tentative malavisée de faire d'une série de plaintes une class action au niveau fédéral. » De plus, ils tiennent à séparer Penguin de cette affaire. Ils estiment que l'affaire se résume « à des supposées erreurs typographiques et de formatage ainsi que des délais dans la publication de leurs ouvrages. » 

 

Economie numérique, certes, mais toujours autant de méfiance à avoir vis-à-vis des acteurs qui proposent de facturer des services éditoriaux - en toute transparence...