Shelley, monstrueuse intelligence artificielle qui écrit des histoires d'horreur

Nicolas Gary - 28.10.2017

Lecture numérique - Usages - Shelley intelligence artificielle - intelligence artificielle monstrueuse - ordinateur livres écrivains


Hommage direct à Mary, l’auteure de Frankenstein, Shelley est une intelligence artificielle mise au point par les chercheurs du MIT. Et sa vocation ? Simple : créer des contes terrifiants, horrifiants, ébouriffants. Pour ce faire, l’IA intervient sur Twitter, chaque heure, et publie une nouvelle histoire, avec laquelle les humains peuvent interagir.

 



 

Il s’agira certainement de la première anthologie de nouvelles d’horreur qui ne devra rien à Stephen King ni à Guy de Maupassant, et sera écrite par une intelligence artificielle en collaboration avec des êtres humains. Rien que ce projet, en soi, donne des frissons dans le dos. C'est pourtant bien le projet que les scientifiques du MIT souhaitent concrétiser : la publication d'un livre qui devrait autant à la machine qu'à l'Homme.

 

Shelley, l'IA, a pourtant dû se faire la main : elle s’est donc entraînée à découvrir et apprendre les histoires effrayantes, en passant par le site Reddit – et plus spécifiquement la section NoSleep, où les utilisateurs postent des histoires d'horreur par centaines. Là, elle a mémorisé, enregistré et appris à générer ses propres créations, en introduisant une dimension cauchemardesque à ses textes. Shelley a également été codée pour arriver à collaborer avec des humains, conformément à la volonté des chercheurs du MIT. (à découvrir ici)

 

Devenue une IA autrice de récits fantastiques, ses concepteurs du Media Lab avaient avant tout besoin qu’elle soit en mesure de puiser dans des récits anciens pour se nourrir. La machine est désormais en mesure de s’emparer de la moindre graine pour, aléatoirement, construire un court récit. Sauf qu’elle devient bien plus efficace lorsqu’elle entre en interaction avec des Twittos qui répondent à ses messages. 

 

Comment coécrire avec elle ? C’est d’ailleurs assez simple : pour ajouter sa propre contribution à l’histoire de Shelley, il suffit de répondre à l’un de ses tweets — trois réponses sont alors autorisées. Il doit contenir #yourturn, pour indiquer à la machine qu’elle doit prendre la suite. Et quand tout est finir, il suffit de marquer #theend. (retrouver les histoires ici)

 

Zombie, mon ami, ce n'est pas vrai
que tu as forcément mauvaise haleine...

 

Évidemment, conformément à son modèle victorien, Shelley n’écrit qu’en anglais, et ne peut pas gérer d’autres langues. Il faudra donc un certain niveau pour apprécier la qualité de ses réponses, mais elle fait régulièrement des récapitulatifs : 

 

 

 

Et ses débuts d’histoires sont parfois abrupts, et sans aucune retenue quant au champ lexical ni au niveau de langue.

 

 

 

L’IA est encore largement perfectible : au milieu des réponses et des commentaires qu’elle peut faire, se glissent parfois des tweets qui n’ont pas beaucoup de sens. Ou alors, on glisse dans l’effroi le plus total.

 

 

 

Shelley a commencé son existence en début de semaine. Longue vie à cette étrange créature...
 

 

ReAnimator : le jeu de société qui défie la Mort,
d'après Lovecraft


A retrouver ci-dessous, l'un de ses débuts de récit :
 

 

L'intelligence artificielle au service du livre et de la lecture

 

Octobre, mois de l'Imaginaire, la littérature de demain