Smartphone : l'infidélité des utilisateurs fera le jeu de Google Editions

Clément Solym - 29.11.2010

Lecture numérique - Acteurs numériques - ebooks - smartphones - interoperabilité


Elle est intéressante, cette étude proposée par le cabinet GfK, qui vient de montrer quels étaient les comportements et habitudes des utilisateurs de smartphones. Enquête.

En effet, selon Ryan Garner, un des auteurs de l'étude, cité par Reuters, les comportements peuvent sans peine changer, alors que seule la marque Apple parvient à capter et conserver l'attention et la fidélité de ses utilisateurs. Les chiffres de l'étude démontrent que 56 % des possesseurs de ces téléphones dits intelligents ne conserveront pas nécessairement la même marque pour leur achat suivant.

Et Ryan Garner d'expliquer : « La fidélité à un combiné est beaucoup plus compliquée à l'heure où les gens paient pour une expérience haut de gamme. Si un téléphone ne tient pas ses promesses ou n'est pas à la hauteur des attentes de l'acheteur, le fabricant va perdre en fidélité. »

Ainsi, Apple obtient un taux de 59 % de fidélité de ses clients, contre l'OS Windows Phone, qui n'enregistre que 21 %. Chez BlackBerry, on table sur 35 % de fidélisation et pour Android et Symbian, on reste à 28 % et 24 %. L'étude menée en octobre et novembre auprès de 2653 consommateurs avait une visée plutôt internationale. En effet, Brésil, Allemagne, Espagne, Grande-Bretagne, Chine et États-Unis furent sollicités pour y répondre.

Apple verrouille, le monde dérouille


Si la lecture en mobilité passe par un système propriétaire, le consommateur devra obligatoirement conserver le même mobile - dans le cas d'Apple - pour retrouver son environnement, ses achats et le reste. La plateforme iBookstore à ce titre, reste l'une des nouvelles tendances d'Apple pour contraindre l'utilisateur à entrer dans l'écosystème Apple.

À l'inverse, toute application payante téléchargée depuis un Windows Phone sera absolument incompatible avec un BlackBerry ou consorts. Et à ce titre, on peut se demander comment l'ebook lu sur son mobile pourra être récupéré si l'on change de modèle.

Deux options se posent : la première, Amazon. Qui propose des applications pour tous les systèmes d'exploitation, mais contraint à rester dans l'environnement Amazon propriétaire.

L'autre, celle de Google Editions, qui joue la carte du cloiud computing et n'a aucun besoin d'être relié à un appareil en particulier pour permettre la lecture de son ouvrage acheté. Finies les questions d'interopérabilité, de compatibilité ou de pertes possibles de fichiers DRMisés et lisibles sur un appareil unique.

Le choix est donc simple : soit intégrer l'acheteur dans un environnement qui s'accapare toutes les plateformes, soit créer un environnement qui est ouvert à toutes les plateformes...

Sachant que 37 % des propriétaires actuels d'un mobile envisagent l'achat d'un smartphone comme prochain téléphone, la solution pourrait être rapidement comprise...