Social Reading, la lecture expérimentale de Bob Stein

Clément Solym - 18.05.2012

Lecture numérique - Acteurs numériques - Bob Stein - Social Reading - Labo de l'Édition


De passage au Labo de l'édition, Bob Stein en a profité pour partager avec le public sa plateforme de lecture sociale, Social Reading, qui met en application ses vues sur le « livre réseau » du futur.  (voir notre actualitté) Applications pédagogiques, lecture enrichie et savoir open-source : tour du propriétaire.

 

Social Reading prétend « lever le tabou autour de la lecture et de l'écriture, en faisant d'activités considérées comme individuelles des pratiques collectives » : interrompu par une connexion Internet défaillante - le comble -, Bob Stein s'est tout de même fendu d'une petite démonstration des différents apports de la lecture sociale.

 

 

Le premier, et non des moindres, serait bien évidemment pédagogique : c'est l'évidence même, semble penser le pape du livre numérique en affichant une page d'un cours d'espagnol. Ajoutés dans un groupe, 19 étudiants surlignent des passages du texte, commentent ceux-ci, et laissent à leurs camarades ou professeur le loisir de leur répondre. « Les professeurs ont vite remarqué que les élèves interagissent en dehors de l'école. Le suivi des élèves est amélioré, y compris pour ceux qui sont en difficulté, car l'engagement est renforcé » assure le créateur. « Que se passe-t-il si quelqu'un écrit avant moi une idée que j'ai eue ? Le débat continue, parce qu'on peut interagir, rebondir sur les différentes remarques. »

 

Heureuse application pédagogique donc, qui suppose cependant que chaque élève aura un accès Internet fiable et de qualité, ainsi qu'un équipement adéquat (ordinateur, voire un smartphone pour être plus mobile). Sinon, les plus défavorisés resteront inévitablement, voire encore un peu plus, en rade.

 

Pour éviter la surcharge de commentaires, l'utilisateur pourra à volonté paramétrer des critères de tri, en n'affichant par exemple que les commentaires postés par des détenteurs d'une adresse mail .edu, c'est-à-dire les universitaires ou les professeurs. Un plus grand groupe, créé spécialement par Bob Stein pour l'occasion (et dans lequel il fait figurer ses modèles Susan Sontag, John Berger, Pablo Picasso ou encore Frida Kahlo...), est accessible via un onglet « Communauté » auquel il sera possible d'ajouter les utilisateurs les plus pertinents à nos yeux.

 

En suivant ses utilisateurs, à la façon d'un fil Twitter, le lecteur sera informé de leurs commentaires sur tel ou tel textes qu'il serait également en train de lire. À lui de répondre ou non, ou encore d'ajouter ses propres remarques. « Désormais, je lis mes livres beaucoup plus attentivement, parce que j'ajoute des commentaires que d'autres personnes vont lire », souligne Stein, qui avoue un acte de piratage pour mieux défendre l'apport de ces commentaires. « J'ai arrêté de lire ma version piratée de Rabbit, Run [de John Updike] simplement parce qu'Amazon ne pouvait pas conserver mes surlignages du texte. »

 

À retrouver 

Bob Stein : lecture, écriture, "Il nous faut construire un écosystème neuf"

 

Deux autres onglets, l'un permettant de « scanner » le texte « avec intelligence », et l'autre destiné aux éditeurs, sont également affichés par Social Reading. Le premier permettra d'accéder à un contenu supplémentaire, le plus souvent plus long qu'un simple commentaire, tandis que le second permettra aux éditeurs, mais aussi à l'auteur, d'informer les lecteurs de leur actualité. L'interaction ainsi créée, mais aussi la possibilité de proposer des contenus supplémentaires, portent en eux la monétisation du livre numérique que défend Bob Stein : la formule « Free to read, pay to engage ».

 

« Dans une librairie aussi, je peux lire gratuitement » note Bob Stein dans un argument à peine tiré par les cheveux (logique), « Mais, dès lors que je souhaite souligner, ou bien corner une page de l'ouvrage, alors je dois l'acheter. » Reste à savoir si les éditeurs seront prêts à la suivre, ne serait-ce qu'au titre d'une expérimentation, en mettant leurs titres en accès libre. Mais Bob Stein ne s'inquiète pas : « Il suffit de créer suffisamment d'attention autour de la lecture sociale pour que les éditeurs nous rejoignent. Les auteurs peuvent aussi se ranger de notre côté, parce qu'ils ont envie de travailler en public. »

 

Pour les plus courageux, les 35 minutes de vidéo ci-dessous montrent le maître en plein exercice de présentation. 

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.