Sony ajoute des pros de la lecture à sa boutique

- 22.04.2013

Lecture numérique - Acteurs numériques - lecture sociale - communauté de lescteurs - goodreads


Quand le leader mondial de la librairie en ligne achète le principal acteur du réseau social du livre, le signal lancé est manifeste. Le développement du marché du livre en ligne passe par de nouveaux prescripteurs et plus de partage autour des livres. Échange communautaire qu'on pourrait traduire moins poliment par collecte légale de données sur les habitudes des consommateurs.  Après Amazon et Goodreads, Sony semble avoir pris la mesure de l'impact des critiques favorables et du bouche à oreille sur la vente de livre.

                 

 

 

 

À la différence du géant américain, Sony pousse la réflexion plus loin et associe à son ebookstore les avis de différents acteurs littéraires prescripteurs par eux-mêmes, plus que comme ensemble communautaire. Via iDreambooks, banque de recommandations et d'avis circonstanciés, Sony octroie à sa boutique les critiques d'experts provenant de blogs spécialisés et de la presse professionnelle. En nombre suffisamment large, plusieurs milliers de sources, pour devenir l'équivalent d'un Rotten Tomatoes de la page imprimée. D'ailleurs, Apple a passé le même type d'accord avec cet acteur, pour les films.   

 

Par le biais d'un algorithme, chaque titre reçoit une note, moyenne des critiques, qui est tout de suite consultable sur la boutique. Immédiatement derrière les tests des grandes rédactions littéraires et des blogueurs, l'internaute disposera quand même des avis des communautés de lecteurs que sont Goodreads ou LibraryThing.

 

 

Aperçu d'une fiche d'iDreambokks

 

 

Lancé en 2012, iDreambooks ne dispose pas du catalogue de critiques de plateformes comme Goodreads, mais avec des avis de professionnels, le dernier venu tend à donner une plus grande légitimité à ses fiches de lecture. Sur le site, le jugement des « simples » lecteurs n'est pas omis, mais il se borne à l'attribution d'une note de 1 à 5, tandis que les avis de spécialistes sont résumés sur quelques lignes plus ou moins développées. Ce qui expliquerait que le système de notation matérialisée par un petit nuage plus ou moins bleu est moins précis (favorable, moyennement favorable et défavorable).

 

Reste à savoir si les lecteurs soucieux d'une prescription littéraire spécialisée n'ont pas déjà une préférence pour un blog ou une rédaction particulière, et repose sur les conseils diffusés. Lui soumettre d'autres prescripteurs qui n'ont pas forcément sa sensibilité éditoriale.