Sony ferme son ebookstore : les clients transférés chez Kobo

Nicolas Gary - 07.02.2014

Lecture numérique - Acteurs numériques - Sony Reader Store - Kobo - lecture numérique


« Sony se retire de l'activité de lecture numérique aux États-Unis », a confirmé un porte-parole de la société, Maya Wasserman. Et plus qu'un simple abandon, c'est presque un aveu d'échec que la firme laisse se profiler : désormais, les possesseurs d'appareils Sony Reader, les différents PRS, se tourneront vers Kobo, à parti de la fin mars, pour la gestion de leur bibliothèque. Et pour couronner le tout, certains smartphones et tablettes Xperia embarqueront l'application Kobo Android. Gloups ? 

 

 

 

 

C'est dans la FAQ de Sony US que l'on retrouve l'information, qui commence à faire peser de vifs soupçons sur la situation actuelle. Avant le 20 mars 2014, les utilisateurs doivent se connecter au compte Reader Store, pour transférer leurs achats, qui seront gérés alors par Kobo. Attention, à compter du 30 avril, il ne sera plus possible d'effectuer de transfert, et tout sera perdu, si les ebooks n'ont pas été préchargés par avance sur un appareil. 

 

Bien entendu, dans l'intervalle, Sony va partager toutes les données personnelles des utilisateurs, ce qui implique que la transaction a dû coûter un peu d'argent à Kobo, qui a finalement acheté une base de clients captifs. Étant donné les parts de marché assez réduites dont disposait Sony aux États-Unis, le montant de l'addition ne doit toutefois pas être gigantesque. 

 

Notons que cette décision ne s'applique pas simplement aux consommateurs américains, et concerne également ceux du Canada. C'est donc toute l'Amérique du Nord que Sony a décidé de déserter, dans une ambiance de concurrence qui avait clairement exclu cet acteur, pourtant historique, de la course aux parts de marché. 

 

Ensuite, le travail avec Kobo n'est pas non plus inédit : en septembre 2010, alors que Sony ne disposait pas d'ebookstore en Australie, les deux sociétés avaient décidé de s'allier pour proposer une offre couplant les appareils du Japonais, avec les services de librairie du Canadien. Et l'ouverture du Reader Store en Australie n'est intervenue qu'en… mai 2013.

 

Selon la communication officielle, le partenariat entre Sony et Kobo, pour la récupération des bibliothèques d'utilisateurs a été signé avant que Takahito Aiti ne prenne la direction de Kobo, remplaçant Michael Serbinis, le fondateur, assure un autre porte-parole.

 

Les utilisateurs recevront prochainement un email pour leur expliquer comment va, concrètement, s'opérer la transition, dans les prochains temps. 

 

En septembre, les premiers signes ?

 

Il se posera encore la question de Pottermore, la plateforme de vente des livres numériques liés à l'univers de JK Rowling, puisque Sony avait été l'un des nombreux partenaires revendeurs. La fermeture définitive de la librairie Sony Reader Store est prévue pour le 20 mars, on verra d'ici là ce qu'il advient d'Harry Potter en ebook.

 

Pour l'heure, il semble que l'Europe ne soit pas concernée par cette décision. En France, par exemple, Sony est partenaire de Chapitre.com, qui fournit déjà l'ebookstore dédié aux appareils de lecture. Il semble que ce soit également le cas pour le Royaume-Uni.

 

Dans tous les cas, la nouvelle n'a rien d'inédit : en septembre 2013, la firme décidait de ne pas commercialiser le PRS-T3 sur le territoire américain, alors que la sortie était confirmée au Canada et en Europe. « En réponse aux changements de marché sur ce territoire, Sony se concentrera plutôt sur les appareils mobiles et les tablettes », expliquait la société.

 

Sauf qu'elle s'empressait d'ajouter : « La lecture et les livres numériques restent une priorité importante pour Sony. Le Reader Store sera toujours une aide pour que les amateurs de livres trouvent et lisent leurs prochaines histoires, n'importe où, n'importe quand. Et les clients peuvent continuer à attendre des fonctionnalités nouvelles et passionnantes, et des outils de recherche. Le Reader Store continuera de supporter les précédents lecteurs ebook, ainsi que d'autres appareils compatibles au travers des applications gratuites pour PC, Mac, Android et iOS. »

 

Pour l'instant, on ignore ce qu'il va advenir des applications, justement. Mais l'intégration de l'appli Android Kobo ne laisse rien présager de bon.