SOPA : Disney refuse les discussions avec la Silicon Valley

Clément Solym - 20.01.2012

Lecture numérique - Législation - SOPA - Disney - discussions


Après la journée noire organisée sur Wikipedia et d'autres sites, en guise de protestation contre le projet de loi SOPA, visant à lutter contre le piratage sur internet, les réactions ont fusé. 

 

Dans la boucle des sociétés lancées contre la loi, on compte toujours les géants du net, comme Mozilla, ou Facebook, et d'autres. Et face à eux, des ayants droit et des majors bien décidées à défendre leurs industries. 

 

Parmi elles, on compte Bob Iger, le président et PDG de Walt Disney. Ce dernier avait déclaré au Huffington Post qu'il n'était pas question de s'installer autour d'une table et négocier avec les sociétés high-tech.

 

 

« Hollywood n'a pas le sentiment qu'une rencontre avec la Silicon Valley puisse être productive pour le moment », expliquait un porte-parole de Disney. Et pourtant, la sénatrice californienne Dianne Feinstein a tenté de faire en sorte que les deux pans du problème puissent arriver à se rencontrer.

 

Ainsi, la réunion se déroule actuellement avec autour de la table les seuls législateurs et face à eux, les industries de l'internet. Ainsi, Feinstein tente, après l'établissement du projet de loi en faveur des industries culturelles, de travailler à une modification qui conviendrait aux sociétés. 

 

Jerry Iger, pour mémoire, c'est l'homme qui fut dessinateur et travailla pour Will Eisner, un dessinateur à l'origine du comics Spirit. Les deux hommes ont même collaboré à des titres, et fondé ensemble le studio Eisner & Iger, pour aider à fournir des planches aux éditeurs de comics en fonction des besoins.

 

Et aujourd'hui, Robert Iger, petit-neveu de Jerry, PDG donc de Disney, est l'homme qui avait convaincu Marvel de se vendre à Disney. La finalisation du projet avait eu lieu en janvier 2010, et l'acquisition s'était faite pour 4,3 milliards $