Les typographes du monde entier connaissent l'application WhatTheFont, qui permet de retrouver (assez) facilement une typographie à partir d'une photographie prise à l'aide de son smartphone. Un étudiant a mis au point un prototype d'œil électronique capable d'identifier les polices de caractères, mais aussi les teintes de couleurs.

 

Le prototype de Spector, par Fiona O'Leary

 

 

Comme un Shazam de la typographie, version Internet des objets : Spector est une caméra miniature qui prend en photographie les caractères imprimés et autres teintes de couleurs avant de les envoyer directement dans InDesign, logiciel particulièrement utilisé par les designers. 

 

L'objet peut sembler un peu inutile, dès lors que les outils informatiques sont disponibles, mais Fiona O'Leary, à l'origine du projet, explique que ce sont justement les limites de ces outils qui l'ont poussé à créer Spector : « Ce petit objet permet à tout support imprimé de devenir interactif », explique-t-elle. Agacée par les différences de rendu entre le rendu informatique et le résultat physique, elle assure que Spector permettre d'éviter les mauvaises surprises. « Si l'on designe pour de l'imprimé, mieux vaut commencer par l'imprimé. »

 

L'outil fonctionne de pair avec un ordinateur et le logiciel, évidemment, mais peut également stocker une vingtaine d'échantillons dans sa mémoire interne : il est ainsi possible de prélever une couleur dans la nature ou dans la ville, au gré de ses ballades. Spector a été conçu avec Arduino, carte informatique open source. 

 

 

L'œil électronique ne peut identifier que 7 polices d'écriture pour le moment, en analysant les blancs laissés entre les lettres, mais Fiona O'Leary entend bien étendre cette base de données. Pour le moment, l'appareil n'est pas disponible pour le grand public, mais cela ne saurait tarder...

 

Spector from Fiona O'Leary on Vimeo.

 

via EnGadget