Stratégies d'éditeurs : s'inspirer du baseball ?

Clément Solym - 01.03.2012

Lecture numérique - Acteurs numériques - sites - éditeurs - performances


Dans Le Stratège, film réalisé par Bennett Miller sorti en novembre 2011, Billy Beane, le manager de l'équipe de baseball des Oakland Athletics, décide, pour endiguer la perte de ses meilleurs joueurs, d'en recruter de nouveaux sur des bases inattendues. 

 

Avec l'aide du statisticien Peter Brand, il engage une campagne de recrutement qui fait sourire ses concurrents : de fait, ses joueurs ont des défauts qui normalement les disqualifieraient de la compétition... ils ont également des qualités sous-évaluées, que Billy Beane va révéler.


La perle rare


Chez Jump Time, il est question de proposer de nouvelles solutions aux éditeurs en recherchant, là aussi, le trésor caché là où on ne l'attend pas. Leur but : optimiser les sites des éditeurs en aidant à déterminer quels contenus sont assez performants pour attirer les internautes.

 

 

 

Pour Josh Sternberg, de Digiday, les solutions proposées par Jumptime sont particulièrement adaptées aux problématiques actuelles de l'édition : « Le problème est que les éditeurs ne s'aident pas en focalisant sur les contenus populaires. Un contenu qui attire les internautes, mais ne les encourage pas à plus naviguer dans le site est une perte de temps, d'énergie et d'argent. (...) 

 

Jump Time propose des analyses pour les éditeurs, afin de déterminer ce qui marche, ce qui ne marche pas, et comment faire naviguer les usagers sur le site. Il propose des scénarii basés sur la performance de chaque élément du contenu pour diriger les usagers à travers le site  (...). Non  seulement les éditeurs reçoivent la valeur exacte dégagée pour chaque élément de contenu, mais aussi le potentiel de tous ces éléments en matière de revenu. Et tout cela, en temps réel ».  


La qualité avant tout


Le conseil de Michele DiLorenzo, présidente de Jump Time : s'écarter de la simple démonstration de contenu. « Ce qu'ils devraient faire, c'est amener le public à un contenu de qualité ». Et ça, ça change tout. Car le contenu d'un site doit correspondre aux besoin de l'usager dans un premier temps, puis l'aider à découvrir d'autres éléments qui eux-mêmes prendront par la suite une valeur nouvelle.


De meilleurs évaluations, pour de meilleures performances? Cette réflexion menée par Digiday est particulièrement pertinente dans la mesure où le lecteur est aujourd'hui susceptible d'acheter et consulter de plus en plus de livres numériques, et donc être lié au distributeur et à l'éditeur par le seul biais de leurs sites respectifs ou une plate-forme commune. A méditer, donc.