Suède : Quand le papier sert à stocker l'électricité, des lectures survoltées ?

Camille Cornu - 11.12.2015

Lecture numérique - Acteurs numériques - Power paper - Suède


En Suède, des chercheurs du laboratoire de l'électronique organique de l'Université de Linköping ont développé ce qu'ils appellent "Power paper", un matériau extrêmement fin et pliable aux allures de papier plastifié, qui possède d'exceptionnelles capacités pour stocker l'électricité. 

 

 

 

Cela ressemble à une solution de papier mâché qui attendrait de sécher. Et pour cause, tout comme le papier, il est fait de cellulose. Dans un mélange de fibres de celluloses et de solution aqueuse, les chercheurs ont ajouté un polymère chargé d'électricité. Autour des fibres, le polymère a alors formé un fin tissu... Tout comme on fabrique du papier, la mixture, une sorte de pulpe, n'a plus qu'à être déshydratée pour devenir le "power paper".

 

 

Ce nouveau matériel de cellulose et polymère est donc extrêmement simple à produire. La cellulose est recyclable et le polymère très facilement accessible. Il est léger, ne demande aucun métal lourd ni traitement chimique et, mieux que le papier, il est waterproof... Le power paper a également battu un nouveau record mondial de conductivité des ions et électrons, ce qui explique ses incroyables capacités de stockage de l’énergie. 

 

Un feuillet de quinze centimètres de diamètres et d’une épaisseur de quelques dixièmes de millimètres permet de stocker un Farad d’électricité, annonce le groupe de recherche de l’Université de Linköping. Un Farad est une unité de mesure de capacité électrique, « en principe très grand ». C’est l’équivalent de la capacité des super-condensateurs actuellement sur le marché. 

 

 

 

« Les fibres sont enchevêtrées, quand le liquide qui bouche les espaces entre elles fonctionne comme un électrolyte », explique Jesper Edberg, doctorant qui a conduit l’expérience avec Abdellah Malti, jeune docteur.

 

Bien sûr, il n’existe encore aucun moyen de produire le « power paper » à grande échelle. Cependant, on peut espérer qu’étant donné les potentialités de ce qui semble être une sorte de papier électrique, cela ne saurait tarder à venir modifier nos habitudes.