Suisse, politique et poète... sur iPhone

Clément Solym - 02.12.2010

Lecture numérique - Acteurs numériques - freysinger - politique - poesie


Chacun son Dominique de Villepin après tout et en somme Oskar Freysinger, conseiller national UDC en Suisse est tout à la fois homme politique et homme poète, avec une petite tendance pour les nouvelles technologies.

Lauréat du prix de poésie du Festival Rilke de Sierre l'an passé, il revient cette année avec un recueil de 52 poèmes écrits sur iPhone, pour iPhone à partir de photos prises... avec un iPhone. Ça y est le quota de citation de la marque Apple est bon.


Or, pour Jérôme Meizoz, professeur de littérature française à l'université des Lettres de Lausanne, la recherche ce ces textes courts est intéressante en ce qu'ils traquent une utilisation d'un support particulier. Ainsi, explique-t-il à 20minutes, « ce sont des poèmes très courts, illustrant une image, dont la taille est liée à l'écran ». Cependant, si l'esthétique est intrigante, la forme poétique est somme toute assez classique. « Par contre, ces textes proposent une sorte de jeu poétique avec les sonorités et les mots, qui manifeste un vrai plaisir ludique de la langue. »

Chez ses confrères politiques, on salue évidemment la créativité, pour leur concision et l'humour, dans la veine d'Alphonse Allais. Mais également la faculté de bilinguisme dont le politique se sert dans les débats, mais pas toujours avec justesse. Pour d'autres, plus acides, on n'hésite pas à parler de pipi de minet....

Son recueil, i-Mages, explique Slobodan Despot, qui préface le livre, paru aux éditions Xenia, il s'agit d'un texte « sans précédent dans son genre, représente une tentative d’humanisation des outils technologiques dont nous sommes les esclaves ». Lui qui est à l'origine des photos, elles sont été enrichies et illustrées par un poète.

Et Oskar Freysinger de conclure : « Je les ai voulus courts, ces poèmes, minimalistes, proches des haïkus japonais. Je voulais redonner aux SMS — messages trop souvent mutilés et atrophiés par les contraintes de la vie courante — leurs lettres de noblesse en subvertissant leur caractère utilitaire par la poésie. En cela, j'adoptais au niveau du verbe ce que le photographe cherchait à réaliser par l'image »