Surmonter la maladie de Parkinson pour écrire à la main, avec le stylo ARC

Antoine Oury - 01.04.2015

Lecture numérique - Usages - stylo ARC - maladie de Parkinson - tremblements vibrations


Lorsqu'ils se sont attelés à la conception du stylo ARC, le groupe d'étudiants du Royal College of Art et de l'Imperial College London avait en tête un stylo à vibrations, pour sensibiliser le grand public à un désagrément causé par la maladie de Parkinson. La maladie neurologique chronique dégénérative peut provoquer la micrographie, et l'écriture du patient devient de plus en plus petite, et finalement illisible. Finalement, le stylo ARC pourrait aider à lutter contre ce désagrément, d'une manière plus directe.

 

 

Le stylo ARC, good vibrations

 

 

L'étudiante Lucy Jung, de l'Imperial College London admet que le projet prenait au départ une direction tout autre : il s'agissait de faire ressentir au grand public ce désagrément particulier de la maladie de Parkinson, avec les vibrations du stylo pour générer une impression similaire. En somme, l'objectif se limitait au départ à de la sensibilisation.

 

Ce trouble de l'écriture est l'un des symptômes les plus répandus chez les patients Parkinsoniens, avec 75 % d'entre eux qui souffriraient des troubles de micrographie. Certains d'entre eux ont visiblement testé le stylo ARC, et il s'avère que les vibrations produites par le stylo aident les patients à contrôler leur écriture.

 

Les moteurs à l'intérieur du stylo, et les vibrations qu'ils produisent stimuleraient les muscles des mains et aideraient le patient à mieux contrôler le tracé des lettres. En effet, les difficultés d'écriture se manifestent suite à :

  • l'akinésie (diffi­culté ou impos­si­bi­lité à bouger) rend diffi­cile l'initiation du mouve­ment, d'où les soucis au démar­rage de l'écriture.
  • la brady­ki­nésie (ralen­tis­se­ment des mouve­ments) diminue l'amplitude des lettres, ce qui provoque une réduc­tion de la taille des caractères.
  • l'hypertonie muscu­laire entrave la flui­dité de l'écriture et donc sa qualité.

comme le rappelle le Groupe Parkinson.

 

Les résultats sont sans appel, et l'écriture avec ce stylo vibrant, pour les malades de Parkinson, atteint une lisibilité rarement observée. Du coup, l'équipe va essayer d'inclure des générateurs de vibrations dans d'autres objets du quotidien, comme des souris d'ordinateur ou des ustensiles de maquillage. Google avait déjà observé des résultats similaires avec une cuillère vibrante, créée pour que les malades de Parkinson puissent profiter sereinement d'un repas et d'une activité sociale.

 

(via enGadget)