Téléchargement : Les pirates vous veulent du bien

Clément Solym - 21.10.2012

Lecture numérique - Législation - Téléchargement illégal - Pirate Bay - Pays-Bas


Voici deux rapports qui vont à l'encontre de pas mal d'idées préconçues sur les adeptes du téléchargement illicite. Une vaste étude publiée par l'Institut hollandais pour l'Information Law et le CentERdata dévoile que ceux qui partagent des fichiers sur le net sont plus à même de payer pour du contenu légal que ceux qui condamnent le téléchargement illégal.

 

 

 

Une autre étude menée aux États-Unis en collaboration avec l'université de Columbia révèle des chiffres similaires. Ceux qui partagent des fichiers achètent légalement 30 % de musique en plus que les clients normaux. L'étude hollandaise prend comme base les citoyens de 16 ans. Ils sont plus de 25 % à télécharger sur des plateformes illégales, The Pirate Bay par exemple. Et comme dans l'étude américaine il se trouve que ces méchants individus sont de plus gros acheteurs de contenu légal que les citoyens en règle avec la loi.

 

La chose vaut aussi pour les produits culturels physiques. Ceux qui téléchargent illégalement des films ont 50 % de chances en plus d'aller au cinéma pour de vrai. Concernant les livres numériques, on arrive au même constat, les adeptes du livre piraté ont plus tendance à acheter des livres légalement que ceux qui respectent la loi. 

 

Toutefois, il faut se méfier des conclusions hâtives d'après ce genre d'études. On se rend surtout compte que la fermeture des sites de téléchargement illégaux ne décourage pas les internautes fraudeurs. Après le blocus de Pirate Bay aux Pays-Bas seuls 5 % des anciens pirates ont arrêté de télécharger illégalement. Les 95 % restant se sont tourné vers d'autres plateformes. 

 

Mais ce qui est certainement le plus ironique dans cette histoire, c'est ce ceux qui sont stigmatisés par les mesures contre le piratage sont en fait les meilleurs clients des grands groupes de divertissement.