Trouver le best-seller du siècle : quand les algorithmes sont des cons

Clément Solym - 29.06.2016

Lecture numérique - Usages - algorithmes conseils lecture - meilleur roman ordinateur - livre lecture robot


À force de donner aux robots des livres à lire, ils finiront bien par nous demander d’arrêter d’en écrire. Pour preuve, la dernière expérimentation : un algorithme (de plus !), censé pouvoir fournir les recommandations pour écrire un best-seller parfait, vient de se prendre les pieds dans la quatrième de couverture. The Bestseller Code, le livre qui en dévoile le fonctionnement, est actuellement la risée de l’édition anglo-saxonne.

 

Robot

Mads Bødker, CC BY 2.0

 

 

Jodie Archer et Matthew Jockers, une ancienne éditrice, et le cofondateur du Stanford University’s Literary Lab, ont donc mis au point un algorithme. Et forts de leur machine à calculer, ils ont publié un livre, The Bestseller Code, qui fournit les clefs pour publier un roman à succès – assuré. Appliquant à la lettre les recommandations dudit algorithme aux publications récentes, les coauteurs en sont tombés de leur chaise. 

 

En effet, la machine leur a sorti, comme livre de la décennie, voire du siècle, l’ouvrage The Circle de Dave Eggers, qui dans les faits... est un flop avec moins de 43.638 exemplaires écoulés au Royaume-Uni. Bon, un flop à cinq chiffres, cela se discute toujours. Mais les deux comparses ne savaient plus trop sur quel pied danser avec leur robot. 

 

Le roman d’Eggers est une dystopie satirique de la vie au sein de la Silicon Valley. Pas de quoi casser trois pattes à un canard, évidemment. Mais sur l’analyse de plus de 20.000 livres, c’est bien lui qui s’est vu attribuer la meilleure note par la machine, qualifié de « best-seller le plus paradigmatique de ces 30 dernières années ». Les robots ont encore quelques difficultés à s’exprimer clairement. 

 

Ce qui a fait mourir de rire la critique littéraire, c’est que Dave Eggers n’a aucun intérêt ni, véritablement, de fascination pour le monde de la high tech, et qu’il en gave pourtant ses lecteurs, sur plus de 500 pages. Et ce n’est pas l’adaptation de son livre, avec Tom Hanks dans le rôle phare, qui va le rendre plus sympathique.

 

Les 20.000 bouquins consultés par la machine ont pourtant été décortiqués par « des techniques de fouille de texte (text mining) les plus avant-gardistes », assurent les deux auteurs du livre – qui sortira en septembre prochain, si l’éditeur n’a pas honte. Et loin de répondre à leurs attentes – ils s’imaginaient qu’un bon vieux classique sortirait du lot – voici ce que le robot leur a pondu. 

 

Aux États-Unis, le livre a vendu plus de 80.000 exemplaires en grand format et 140.000 en poche, assure Nielsen BookScan. 

 

Parmi les critères que la machine retient pour définir le potentiel de best-seller que les livres peuvent avoir, on avance surtout l’expression – avoir un langage ordinateur, courant. En effet, une relation étroite semble se tisser entre les personnages de ces livres à gros succès et les verbes utilisés pour décrire leurs actions. De même, les livres auraient une structure tripartite assez claire, et simple à observer. 

 

via Publishers weekly