Tweeter ses lectures dans les gares, le bouche à oreille par JC Decaux

Clément Solym - 02.09.2013

Lecture numérique - Usages - littérature - Twitter - réseau social


Twitter, définitivement un outil pour les auteurs et les lecteurs ? Cela semble une évidence, tant les services et opérations se multiplient au travers du réseau de micro-blogging. On peut observer deux nouvelles opérations s'appuyant sur Twitter pour communiquer, parler et faire lire. D'un côté, un étrange Club de lecture pour les gares britanniques, et de l'autre, un outil connectant plus systématiquement un auteur d'article et son compte.

 

 

JCDecaux

LoopZilla, CC BY SA 2.0

 

 

Le groupe publicitaire JC Decaux est celui qui peuple les rues, les gares, et bien d'autres endroits de notre beau pays d'affichages divers et variés, et sur Paris, a mis en place un service de location de vélos, les Velib. Mais dans la publicité, on ne se limite pas si facilement, et c'est avec un club de lecture monté sur Twitter, @Railbookclub, que la société invite les usagers à partager leurs lectures.  

 

Paul Coralan, directeur commercial de JC Decaux UK explique : « Si vous vous demandez quel livre, alors @Railbookclub est pour vous. » Tout simplement. Mais l'intérêt, pour les clients, est que leurs recommandations de lecture peuvent être choisies, et affichées par la suite sur les écrans numériques qui sont installés dans les gares. 

 

 

 

 

 

Pour JC Decaux, cette stratégie de communication cible le confort et le service auprès des passagers, évidemment. Une source de prescription par un bouche à oreille pour les publics ferroviaires. « Nous aimerions devenir club de lecture incontournable pour les passagers, avec la possibilité prochaine de publier des extraits des livres sur nos écrans, à l'avenir. » 

 

Selon une étude réalisée, les usagers des trains de banlieue sont 81 % à lire chaque semaine, et 38 % des lecteurs utilisent un appareil de lecture numérique. En outre, le public ferroviaire est très connecté, puisque 56 % disposent d'un smartphone. Mais il ne faut pas oublier que les éditeurs peuvent être des annonceurs privilégiés dans les gares, et que ce type de service est un moyen d'attirer l'attention, en offrant un autre moyen de faire parler des livres. 

 

En mai 2009, l'Eurostar avait lancé un petit concours pour les usagers, leur permettant de diffuser un petit haïku avant l'arrivée en gare. Au terminus, la station de métro St Pancras, les passagers peuvent voir s'afficher sur un panneau de la station, leurs propres vers, grâce à Twitter. Les usagers sont invités à soumettre des poèmes sur le style haïku, avec pour thématique Le grand été britannique et les textes s'affichent alors peu après, durant quelques minutes : les meilleurs seront évalués par Jackie Kay, poète et... Yoko Ono.

 

Dans le même temps, donc, Twitter vient de mettre en place pour les États-Unis un système de lien direct entre les articles publiés et le compte son auteur. Une mise à jour de l'outil qui est évidemment bienvenue pour les journalistes et les bloggeurs, dont le travail ne sera désormais plus séparé de leur compte. Il suffira pour un internaute de twitter un lien, pour que le réseau ajoute automatiquement le compte de celui qui l'a rédigé. Cependant, la fonctionnalité ne semble installée que pour certains organes de presse américains, à cette heure. 

 

Les barres sociales qui sont de plus en plus présentes sur les sites internet permettent, selon les réglages, d'introduire le même type d'avantages, en ajoutant le compte du rédacteur pour tout tweet effectué depuis la page de l'article. Avec cette mise à jour, lorsque l'on effectue un Repondre à l'auteur du lien diffusé, le compte de l'auteur sera également ajouté automatiquement.