Type:Rider, premier jeu vidéo basé sur la typographie

Antoine Oury - 07.10.2013

Lecture numérique - Acteurs numériques - Type:Rider - jeu vidéo - typographie


Utilisée tous les jours, la typographie n'en reste pas moins dans l'ombre du texte : Type:Rider entend remettre les pendules à l'heure, ou plutôt les points à la ligne, dans un jeu vidéo qui revisite l'histoire de la discipline. Coproduit par Ex Nihilo et Arte France, un univers ambitieux et ludique pour parfaire ses connaissances des autres lettres.

 

Capture d'écran du jeu Type:Rider 

 

 

Créer un jeu vidéo basé sur la typographie, voilà un concept qui a de quoi séduire... ou effrayer, c'est selon. L'équipe derrière Type:Rider s'est penchée sur les signes, pleins et déliés pour en faire un jeu vidéo cohérent, visuellement plutôt impressionnant. « Nous avons cherché le meilleur moyen de faire un jeu sur la typographie, et nous avons choisi de nous appuyer sur l'histoire des techniques, depuis l'imprimerie jusqu'à la plus récente PAO », nous explique Théo Le Du Fuentes, directeur artistique et game designer de Type:Rider.

 

Faire découvrir l'histoire de la typographie, plutôt que ses règles, qui ont empoisonné les premières années d'étude de centaines d'étudiants en édition... « Au début de nos recherches, nous nous sommes rendus compte que l'histoire de la typographie pouvait être mise en parallèle avec celle de l'humanité, car la discipline nous suit depuis la préhistoire. »

 

Et la typographie a contribué à façonner la pensée, comme le partage du savoir : l'équipe de Type:Rider a ainsi pu proposer différents mondes vidéoludiques, basés sur les différentes polices. L'écriture gothique pour la fin du Moyen-Âge, le Garamond pour la Renaissance, Times New Roman pour les temps modernes...

 

Le tout conduit à un jeu de plateforme, « croisement entre XMoto et Rayman Origins, pour faire vite », explique Théo Le Du Fuentes, où chaque arrière-plan est une oeuvre originale ou un document d'archives. Ces derniers ont été prélevés dans les fonds de la BnF, de la Bridgeman Art Library ou encore du Musée de l'Imprimerie de Lyon, en tout une dizaine d'établissements pour une soixantaine d'archives utilisées dans le jeu. Pour les polices, Monotype a fourni les contenus nécessaires. Au fur et à mesure de la progression dans les époques, et dès les années 1920, un budget spécifique a été prévu pour les archives.

 

 

 

 

Le projet remonte à l'année 2008, lorsque Théo Le Du Fuentes développe un prototype de Type:Rider dans lequel une moto se taille un chemin au sein d'un environnement de base. Cette étape permet au designer de parfaire les réactions physiques de la moto, avant que celle-ci ne se change simplement en deux points, évidemment plus raccord avec le sujet.

 

« Pour un jeu de physique, cette solution s'est imposée : il aurait été plus délicat de rouler avec un sabot, dans le cas d'un point virgule » blague Le Du Fuentes. Depuis ce prototype présenté comme projet étudiant à l'école des Gobelins, Type:Rider a bénéficié du travail d'une équipe de 4 personnes, affairées pendant 8 mois sur ce projet ressorti des cartons l'année dernière.

 

 

 

Le jeu vidéo en silhouette, « conçu avant que le genre ne devienne populaire ces derniers mois », sera disponible sur les stores iOS et Android, pour 2,69 € et compatible PC, Mac et tablettes, dès le 10 octobre prochain. Un version démo web sera également mise en ligne via le site d'Arte France. Un jeu Facebook, indépendant du soft commercialisé, permettra aux joueurs de s'affronter dans les classements, mais également de dessiner ses propres niveaux.

 

Par ailleurs, une installation Type:Rider tournera dans les salons et rendez-vous : un mur interactif, sur lequel le public viendra placer des lettres en volume, deviendra un immense écran sur lequel faire évoluer les « deux billes », comme les appelle Théo Le Du Fuentes. Des passages sont d'ores et déjà prévus à la Paris Game Week, à Montréal ou Asterdam. La réalisation du jeu est assurée par Cosmografik, et le soft est édité par Bulky Pix.