UK : les manuels scolaires largement piratés, chèrement payés

Antoine Oury - 17.10.2013

Lecture numérique - Usages - manuels scolaires - numérique - piratage


D'après une étude lancée par l'agence de sécurité en ligne NetNames, les manuels scolaires feraient partie des contenus les plus piratés, et l'origine de ces partages illégaux serait bien entendu à trouver du côté des étudiants. Évidemment, les données sur les échanges sont à l'appui, mais les informations données sur les ouvrages piratés, et notamment sur leur prix public, sont plus parcellaires...

 


Piracy

ToobyDoo, CC BY 2.0

 

 

Ce qu'annonce NetNames, c'est que 76 % des 50 manuels scolaires les plus populaires en Grande-Bretagne sont disponibles sur les réseaux de partage, gratuitement et... illégalement.

 

La corrélation entre ce piratage massif et le prix des livres en question, bien qu'ils ne soient pas cités, est faite par David Price, le directeur en analyse du piratage de NetNames : « Nous avons évoqué ce point avec les éditeurs. Le meilleur moyen de battre le piratage reste de diffuser le contenu, de le donner aux gens, ou de leur faire payer d'une façon simple et peu coûteuse. »

 

Évidemment, pour des étudiants sans le sou, à peine sûrs d'obtenir un emploi à la fin de leurs études, l'investissement dans des manuels scolaires serait un prix trop cher à payer. Jubel Amin, étudiant de 19 ans en pharmacologie et physiologie, a fait le calcul : 180 $ pour deux manuels scolaires...

 

Richard Mollet, à la tête de l'Association des éditeurs britanniques qui a commandé l'étude de NetNames, s'est inquiété de la hausse du piratage, en reconnaissant que « le phénomène est encore mineur par rapport au cinéma et à la musique. Les ebooks en sont encore loin. »