Un certain désintérêt de l'Europe pour le livre numérique ?

Clément Solym - 02.12.2011

Lecture numérique - Usages - Europe - ebooks - habitudes


Il semblerait bien qu'en Europe, 98 % des ventes de livres soient réalisées au travers de la chose imprimée. Des ventes qui seraient en baisse de 2 % en regard de 2007. Pourtant, les ventes de livres numériques semblent augmenter - semble, parce que définitivement, on n'en sait rien. Selon la Fédération des éditeurs européens, le livre numérique dépasserait pour 2010 les 350 millions € de chiffre, soit une hausse de 20 % pour cette année. À mettre en relation avec les 23,5 milliards € de ventes sur 2010 de livres papier, pour se faire tout de même une idée relative du marché...


Mais cette différence, comme le soulignait Jacques Toubon, auditionné par la Commission des Affaires culturelles, à l'Assemblée nationale vient également de ce que le livre numérique reste cher. Très cher. Et qu'une fois encore, on en revient à cette histoire de TVA : taxé à 19,6 %, l'ebook a moins de chance de séduire les consommateurs, à cause d'un prix encore lourd. Dès le 1er janvier prochain, Nicolas Sarkozy l'a promis, on passera à une harmonisation sur le livre papier, à 7 % de TVA, donc.

 

Quelques chiffres tout de même

 

Outre-Atlantique, les livres numériques sont vendus avec une taxe qui varie en fonction de l'État de domiciliation du revendeur, soit des écarts de 1 à 10 %. Et même, chez certains, comme New York ou la Californie ont réduit ce taux à 0, tout simplement.

 

Pour l'année 2010, les ventes de livres numériques se chiffraient à 878 millions $, soit 6,4 % du marché du livre, selon les données de BookStats, dans le cadre de l'enquête annuelle réalisée par l'Association of American Publishers et la Book Industry Study Group. Dans le domaine de la fiction pour adultes, on passait toutefois à 13,6 % des ventes.

 

Législation, comme toujours, et pour commencer

 

En parallèle, et plus particulièrement en France, observent certains acteurs américains, la législation qui impose un prix unique à tous les revendeurs ne rend pas particulièrement attrayant l'achat en ligne. De là, on pourrait en déduire que les consommateurs ne sont pas rompus à la pratique, et que finalement, les ebooks ne s'achetant qu'en ligne, le commerce tarde aussi à décoller de ce fait. C'est ce qui a toutefois permis de garder un réseau de librairies très présent dans le pays.

 

Pourtant, l'arrivée d'Amazon et de son offre Kindle, déjà implantée en Allemagne et en France, et maintenant installée en Italie et en Espagne pourrait amener à un changement des habitudes. D'abord, parce qu'en France, Amazon est déjà leader de la vente de biens culturels en qualité de cybermarchand. Ou du moins est-il particulièrement sollicité par les internautes. Il ne sera pour autant pas possible de contourner la législation, qui impose un prix de vente unique pour l'ensemble des détaillants, à l'égard du livre numérique. Ce n'est donc pas par cette porte qu'Amazon pourra entrer.

 

Finalement, le non-décollage, ou pas avant le 1er semestre 2012, comme l'a pronostiqué Arnaud Nourry, PDG de Hachette, serait peut-être tout simplement à mettre sur le compte des habitudes des lecteurs et de leurs préférences. Si le choix est culturel et non tarifaire, alors l'avancée de ce secteur ne se fera pas dans les prochaines semaines, mais avec des années de patience.

 

TVA, Bruxelles et acteurs européens

 

Sur la question de la TVA, la France mettra les pieds dans le plat sous peu, et l'on verra bien comment Bruxelles va réagir. Le commissaire à la fiscalité et aux douanes, Algirdas Semeta, examine depuis un moment les possibilités de dérogation que les pays membres de l'UE pourraient obtenir. D'un côté, la suppression des exemptions et autres réductions de TVA rapporteraient de l'argent aux États, certes, tout en taxant un peu plus les consommateurs.

 

Le 1er décembre, le Bureau international de l'édition française accueillait avec le Syndicat national de l'édition, au Sénat, les représentants de maisons d'édition européenne. L'occasion de partager expériences et mésaventures, sur les domaines de l'économie ou de la protection des droits. Le numérique aura été l'un des sujets phares de la conversation.

 

L'année à venir sera dynamique, c'est certain...




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.