medias

'Un désir unanime de s'emparer de la dématérialisation' (Vincent Montagne)

Antoine Oury - 04.11.2013

Lecture numérique - Acteurs numériques - Vincent Montagne - Assises du livre numérique - Syndicat national de l'édition


De façon bisannuelle, les Assises du livre numérique proposent, de façon gratuite et ouverte à tous, un point sur les modifications du métier d'éditeur avec l'émergence de nouvelles technologies, mais plus généralement sur toute la chaîne du livre. En ouverture, Vincent Montagne, président du Syndicat national de l'édition, a souligné l'intérêt croissant de la profession.

 


Vincent Montagne, en ouverture des 11e Assises du livre numérique

 

 

Le programme de cette 11e édition des Assises rend déjà compte, à la première approche, des modifications sérieuses que le format numérique a opérées sur le secteur du livre et de l'écrit. Outre la présentation du nouveau contrat entre l'auteur et l'éditeur à l'ère numérique, la matinée a permis d'évoquer les licences Creative Commons, création de l'écosystème numérique pour autoréguler ses pratiques.

 

Dans son discours d'introduction, le président du SNE et directeur général de Media Participations a rappelé que le numérique ne représentait toujours que 3 % du chiffre d'affaires total de l'édition française, un score qu'il attribue « à l'arrivée décalée, en Europe, des tablettes et dispositifs de lecture ». Par ailleurs, la demande en livres numériques, de la part des lecteurs, aurait augmenté de 80 % en 2012, d'après le président du SNE. Pour le moment, ajoute-t-il, les secteurs universitaires, judiciaires et médicaux enregistrent le gros de cette part du chiffre d'affaires.

 

« Le SNE porte la conviction que la progression attendue du marché du livre numérique en France doit se faire au profit de la diversité culturelle sur Internet », poursuit Vincent Montagne. « Ceci implique d'être attentif aux multiples menaces qui risquent d'affaiblir la capacité de créer, comme les volontés françaises et internationales d'élargissement d'exception pédagogique et exception handicap » a lancé le président, avant même d'aborder la question du piratage.

 

La remarque fait suite à la signature du traité de Marrakech, sous l'égide de l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle, qui engage les pays signataires à une accessibilité renforcée aux textes. Quelques semaines plus tard, un rapport du Ministère de la Culture pointait des défaillances de taille dans la politique française en matière d'accessibilité, entre problèmes techniques et retards logistiques. De fait, la France apparaissait comme l'un des pires élèves de l'Europe, en la matière.

 

Pourtant, d'après Vincent Montagne, « les offres commerciales en EPUB3 permettront désormais de garantir l'accessibilité des ouvrages », et plus d'exceptions menaceraient « la capacité d'investissement de la chaîne du livre, précisément dans le numérique ». Citant Milton Friedman, « There is no free lunch », le président du syndicat met en garde contre le tout gratuit, et souligne que le lecteur saura remercier des professionnels lui offrant un environnement de lecture ouvert et interopérable.